WeWork accepte les paiements en cryptomonnaies, dont Bitcoin

L’entreprise de coworking WeWork s’ouvre à présent aux règlements en cryptomonnaies pour la location de ses espaces de travail. Et le premier client professionnel de cette option n’est autre que Coinbase.

WeWork apporte sa pierre à l’édifice de la démocratisation des cryptomonnaies en tant que moyen de paiement. L’entreprise spécialisée dans les bureaux et les services de coworking va à présent accepter les paiements en crypto.

Pour offrir cette nouvelle option de règlement, WeWork s’allie donc à BitPay et Coinbase. Grâce à ce partenariat, les clients de ses services pourront donc payer leurs factures dans une sélection de cryptomonnaies.

Du Bitcoin pour payer, et aussi au bilan de WeWork

WeWork acceptera ainsi le Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), USD Coin (USDC), Paxos (PAX), mais aussi « plusieurs autres crypto-monnaies ». Mais la firme compte cependant aller plus loin encore en s’ouvrant plus largement à la crypto.

« WeWork détiendra également la monnaie dans son bilan. L’entreprise paiera les propriétaires et les partenaires tiers en crypto-monnaies, le cas échéant, par l’intermédiaire de Coinbase, un membre de WeWork et la plus grande plateforme américaine d’échange de crypto-monnaies », précise-t-elle.

A noter que l’exchange, dont l’action COIN est à présent cotée en bourse, sera en outre le premier client de WeWork à régler son abonnement sous forme de cryptomonnaie. Une décision qui « démontre la demande croissante en faveur d’options de paiement flexibles et simples d’utilisation. »

WeWork veut séduire les fintechs comme Coinbase

Pour le spécialiste du coworking, cette politique vise à souligner sa volonté d’adopter les technologies afin d’offrir une plus grande flexibilité à ses clients. Il rappelle le lancement en 2020 de la numérisation de son portefeuille immobilier.

Cette démarche débouchait sur le lancement des offres WeWork On Demand et WeWork All Access. Les clients de la plateforme disposent ainsi de la possibilité de choisir quand, où et comment travailler. Et désormais aussi, de choisir leur moyen de paiement.

WeWork aura fort à faire pour relancer son activité, brutalement touchée par la pandémie et l’explosion du télétravail. En 2020, l’entreprise enregistrait une perte nette de 3,2 milliards de dollars en raison de la chute des locations.

Pour se relancer, elle compte notamment sur le secteur de la finance numérique. « Alors que notre base de membres continue de croître dans le secteur des fintechs, il en va de même pour notre capacité à nous adapter à leurs besoins et à servir une nouvelle économie », déclare son PDG, Sandeep Mathrani.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *