Uniswap : attention aux pertes pour les fournisseurs de liquidités

Une analyse des performances financières des fournisseurs de liquidités sur Uniswap v3 souligne que 49,5% perdent de l’argent. La cause : la perte impermanente (IL).

Fournir des liquidités sur les pools d’Uniswap v3 peut s’avèrer une opération particulièrement risquée et donc peu ou pas rentable. C’est ce que révèle une étude conduite par Topaz Blue et Bancor Protocol.

1xbit

Les pertes impermanentes ou IL sont une problématique critique pour ces investisseurs. Pour les définir, ces pertes sont la conséquence d’une évolution du prix d’un actif ajouté à un pool de liquidités.

80% des pools touchés par des pertes 

Les IL touchent les fournisseurs de liquidités auprès des AMM, les automated market makers. Et l’étude estime donc que 49,5% de ces fournisseurs ont enregistré des rendements négatifs.

En clair, les gains obtenus grâce aux frais perçus par les fournisseurs sont inférieurs aux pertes enregistrées. Uniswap offrent peut-être les frais les plus élevés parmi les AMMs, mais les IL annihilent ce bénéfice.

Les auteurs du rapport considèrent par conséquent que les détenteurs de crypto approvisionnant les pools de liquidités d’Uniswap réalisent une mauvaise opération. La conservation de ces crypto-actifs se serait avérée plus rentable pour eux.

“Le fournisseur de liquidités (LP) moyen de l’écosystème Uniswap V3 a été financièrement lésé par son choix d’activités et aurait été plus rentable en conservant simplement ses actifs”, conclut l’étude citée par Cointelegraph.

Des positions longues plutôt que courtes

Précisons toutefois que les pools pris en compte ne représentent pas l’ensemble de la liquidité d’Uniswap, mais 43%. Et la période couvre les transactions et frais entre le 5 mai et le 20 septembre.

Sur cette période, les pertes impermanentes sont évaluées à 260 millions de dollars. Quant aux frais versés aux fournisseurs, ils s’élèvent à 199 millions de dollars. Cela équivaut à une perte nette d’environ 60 millions.

Et parmi les 17 pools scrutées, 80% présentent donc un ratio négatif, c’est-à-dire des IL supérieures aux frais. Seuls trois enregistrent au contraire un rendement positif pour les fournisseurs de liquidités.

Mais les plus actifs, ceux qui ajustent régulièrement leurs positions, sont-ils plus épargnés par les pertes ? L’étude ne constate aucune corrélation en la matière. En revanche, détenir des positions sur un laps de temps plus long (plus d’un mois) s’avère une meilleure stratégie que le court terme.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *