Si vous avez du Tether, vous feriez mieux de lire ça

Tether dans la Tourmente

l’USDT de Tether est de nouveau la cible de folles rumeurs après la disparition du compte twitter de son CEO, Monsieur Van der Velde.

Le Tether est de nouveau embarqué dans une histoire qui risque d’avoir des répercussions pour tout le marché. Mais si vous avez de l’USDT, alors attention. Parce que cette fois. ça pourrait bien être la fin du stablecoin le plus célèbre au monde.

Les histoires, cette cryptomonnaie en a eu beaucoup. Et ça ne l’a jamais empêché de rester dans le top 5 des plus grosses market cap. Pourtant, ce qui vient de se produire est pour le moins inquiétant. Vous avez du Tether dans votre portefeuille ? Vous faites du staking avec du Tether ? Alors lisez ce qui suit, parce que vous pourriez avoir envie de tout vendre dans les prochaines minutes.

Tether, un Stablecoin bien instable

  • Suite à la publication d’un article Bloomberg, le compte twitter du CEO de Tether à disparu.
  • L’enquête de Bloomberg visait les reserves en liquidité de Tether.
  • L’entreprise derrière le USDT est censé avoir 69 milliards de dollars de reserve
  • Cette enquête pose la question “qui a déjà vu les liquidité de tether ?”
  • Cette suppression aurait-elle pour seul but d’éviter les polémiques ?

Bloomberg attaque les reserves de Tether qui sont censées soutenir l’importante liquidité d’USDT. Selon l’enquête, ces liquidités sont soutenues avec différents types d’actifs, dont certains posent problème. Par exemple de la dette chinoise.

Le compte twitter @urwhatuknow du CEO de Tether, Jan Ludovicus van der Velde, n’existe plus. A-t-il supprimé lui même son compte ou bien est-ce l’action d’un responsable de la communication ?

Un dernier tweet mystérieux, qu’on peut toujours consulter dans les archives, a été publié le 4 octobre. Dans ce message, Van der Velde interpelle déjà un “magasine financier” et se défend contre des “rumeurs”. Et ce, presque une semaine avant la sortie de l’article.

Encore un magazine financier asservi et mourant qui essaie d’inventer des rumeurs sur #Tether afin de gagner un peu d’argent et de retarder son extinction de quelques jours, restez à l’écoute….. #dinosaures

Les prises de paroles et les apparitions publiques de Van der Velde étaient déjà rares, voire inexistantes. A tel point que certaines personnes se posent la question de savoir si le personnage existe réellement. En effet, les pseudonymes sont choses courantes dans le monde des cryptomonnaies (Bonjour monsieur Satoshi Nakamoto !)

Pourtant, l’entreprise Tether est souvent au cœur de polémiques, aux côtés d’une autre société apparentée, Bitfinex.

A lire : Bitfinex paye 37 millions de dollars pour transférer 100 000 dollars !

Pour plus d’information – consultez notre guide “Investir avec eToro“.

Quelles conclusions tirer pour le public ?

Ce n’est pas la première fois que Tether fait face à des problèmes. La question des liquidités en est une des principales sources d’ailleurs. En 2017, Bitfinex avait eu de gros problèmes de liquidité pour assurer les échanges via sa plateformes. Dans cette affaire, on suspectait l’USDT d’avoir servi à manipuler les cours en achetant massivement du Bitcoin. Des experts indépendants avaient d’ailleurs souligné des corrélations entre le prix du Bitcoin lors du bull run de 2017 et la création de stablecoin USDT. Un peu comme les banques centrales qui impriment du dollar pour racheter de la dette et des actions.

Sauf que les crypto se sont construites en opposition avec ce système, au cœur de la crise des subprimes en 2007. C’était donc un signal particulièrement négatif pour Tether, Bitfinex et l’ensemble du marché.

Plus récemment, l’USDT s’est séparé du Dollar. En effet, pour assurer les liquidités, l’entreprise n’est pas obligée d’avoir un dollar contre un USDT. Elle peut avoir des actifs, de la dette, des devises étrangères. Bref, un large éventail de choix.

C’est la que les problèmes reviennent. Il semblerait que parmi tous les choix possibles, Van der Velde n’ait pas fait que les bons. En allant chercher de la dette chinoise, le stablecoin s’est peut être exposé à des soucis supplémentaires.

C’est en tout cas ce que suspecte Bloomberg, qui ne se limite pas aux doutes. Selon le journal, les actifs détenus par Tether ne couvrent pas les 69 millions de stablecoin en circulation. Et donc, l’USDT est “une fraude”.

C’est dans ce contexte que le compte twitter du CEO a disparu des radars. Cependant, plusieurs possibilités peuvent expliquer cette réaction soudaine.

  • Avant tout, ce qui vient à l’esprit des investisseurs les plus anciens, c’est le classico Exit Scam.

Mais Tether n’est pas vraiment représenté par son CEO. Pas publiquement du moins. Et d’autres figures plus en vue sont toujours actives sur le réseau social, comme le directeur technique Paolo Ardoino.

  • Une autre possibilité, c’est une action préventive pour éviter les polémiques.

En effet, avoir une figure publique permet de concentrer les attaques des “antis”. Un peu comme une tête de turc. Mais la encore, Van der Velde n’est pas vraiment le Mark Zuckerberg de Tether.

  • Une troisième solution plus envisageable, c’est la préparation d’un conflit légal.

Au fur et à mesure des années, les entreprises crypto et blockchain ont subit des attaques de la presse mainstream. Cette dernière ne comprenait pas, ou simplement s’opposait au monde libre des cryptomonnaies. Ces attaques ont porté préjudices à de nombreux projets. Mais aujourd’hui, ces entreprises pèsent plusieurs milliards de dollars.

A lire : L’action Facebook est en baisse, le Bon Moment pour Acheter ?

Et ces milliards servent aussi bien à développer des projets qu’à se défendre contre l’ancien monde. La riposte légale est devenue une arme courante dans le milieu de la blockchain. Binance avait engagé des poursuites contre Forbes après des articles diffamatoires.

Dans un contexte d’affrontement juridique, il est probable que Tether cherche à controller chaque message et réseau social afin de préparer au mieux sa riposte. De plus, en supprimant le compte, l’entreprise coupe l’herbe sous le pied de ses attaquant, qui auraient pu chercher du grain à moudre dans de vieux tweets.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *