Scam Dogecoin – Level Elon Musk

Le doge coin est une blague

Il est pourtant difficile de s’y tromper en observant le logo de la cryptomonnaie : un chien Shiba… Mais comme disait Gustave Le Bon :

« La mentalité grégaire des foules permettra toujours aux meneurs d’imposer une doctrine quelconque. Les plus absurdes croyances ne manquèrent jamais d’adeptes. »

Le Doge coin est un altcoin. C’est-à-dire un énième pastiche de bitcoin. Il en existe des milliers de ces pâles imitations. Si certaines apportent un petit plus, 99 % ne sont que plagiats avilis, scams fantaisistes, contrefaçons décaties, doubles déficients et autres décalquages caricaturaux.

Certains arborent toutefois des spécificités intéressantes. On citera notamment les cryptomonnaies se différenciant par l’anonymat total comme monero ou Zcash. Ce dernier a d’ailleurs été adoubé par Edward Snowden en personne.

Néanmoins, l’écrasante majorité des Altcoins repose sur de fausses bonnes idées, et notamment le « Proof of Stake », c’est-à-dire un système donnant le pouvoir à ceux qui ont plus d’argent. Dit autrement, une oligarchie toute puissante n’ayant rien à envier au système bancaire actuel…

Nous pouvons citer le dash coin et bientôt ethereum. A ce titre, notons que c’est Vitalik Buterin, le créateur d’ethereum (une cryptomonnaie pré-minée…), qui parla en premier du « trilemme de scalabilité ». Il faut absolument expliquer ce trileme pour comprendre d’où viennent ces milliers de shitcoins et pourquoi ils finiront tous par valoir 0…

Trileme de scalabilité

Ce trileme est simple. Il met en lumière le fait que la blockchain ne peut pas être à la fois sécurisée, décentralisée et rapide. L’une de ces trois dimensions est obligatoirement sacrifiée, dans le sens ou elle ne sera pas optimale.

scalability trilemma

Satoshi Nakamoto a privilégié la sécurité et la décentralisation car le plus important pour une monnaie est effectivement d’être solide. Une monnaie facilement attaquée ou contrôlée ne vaut rien…

L’or tire sa valeur de sa rareté certaine. Une cryptomonnaie sans Proof of Work est vouée au même destin que la monnaie fiat. Brrr…

Actuellement, le Proof of Work du doge coin est 500 000 fois inférieur à celui du bitcoin. Dit autrement, personne ne peut garantir qu’une mafia ne créera pas plus de doge coins qu’initialement prévu. C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé…

Rappelons que le doge coin est un fork du luckycoin. Et que le luckycoin est un fork du litecoin qui est lui-même un fork du bitcoin. Dit autrement, le doge coin est une mutation dégénérescente… Initialement doté d’une masse monétaire fixe de 100 milliards d’unités, tout changea en février 2014 lorsque son fondateur, Jackson Palmer, supprima ce plafond.

Désormais, et à l’instar de la monnaie fiat, la masse monétaire du doge coin est infinie… Il existe déjà plus de 130 milliards de doge coins et 10 000 nouveaux shitcoins sont créés chaque minute.

Big Block vs Small Block

Mettons de côté le doge coin un instant pour en revenir au grand débat sur la scalabilité du bitcoin du quel est né l’ambition de créer “the next bitcoin”.

La question fut tranchée en 2017 avec le fork bitcoin cash (BCH). A l’époque, une faction mena une guerre civile, persuadés de pouvoir faire fi du trileme. Il suffisait selon eux d’augmenter la taille des blocs (actuellement 1 Mo, soit 276 transactions/min) pour augmenter le débit de transactions du bitcoin.

Malheureusement, adopter des blocs sans plafond revient à ramener les frais de transaction à 0. C’est un problème car il devient alors possible de noyer le bitcoin avec des millions de fausses transactions. Le but étant d’enfler la taille de la blockchain pour miner sa décentralisation en raison du fait que cela coûte cher en disques durs de stocker toute la blockchain.

De même, augmenter la taille des blocs de manière graduelle (pour éviter les attaques) aurait favorisé l’émergence d’un groupe régulièrement en contact pour décider d’augmenter la taille des blocs. Nouveau blasphème face au dogme de la décentralisation.

Il faut bien comprendre que la survie du bitcoin repose en bonne partie sur l’incapacité viscérale des humains à s’entendre. La bataille d’egos garantit que seules les améliorations absolument brillantes feront consensus.

Par ailleurs, nous aurions aussi parler de paramètres plus techniques qui justifient la lenteur (petite taille des blocs) du bitcoin. La bande passante et l’isolation des nodes aux quatre coins du monde, la vitesse des processeurs des nodes, la taille de l’UTXO, etc.

Tout cela pour dire que les créateurs d’Altcoins prétendent toujours avoir trouvé le bon équilibre dans le trileme alors qu’ils ne font que créer des monnaies fragiles. Même le “sharding” d’ethereum est un leurre, d’où le projet d’évoluer à terme vers du proof of Stake. Brrrr…

Enter Elon Musk, CEO of Doge coin…

former ceo of dogecoin

Depuis ce jour, Elon Musk n’a eu de cesse de balancer des tweets entretenant l’ambiguïté, profitant à plein du principe du téléphone arabe qui a fait dire à certains qu’Elon Musk est Satoshi Nakamoto…

Lors d’une récente interview sur l’application Clubhouse, Musk a révélé avoir ses propres “dealers de mèmes” dont il se sert pour alimenter son fil twitter.

A cette occasion, le vendeur de Teslas a également fait écho aux intentions initiales de Jackson Palmer : « de temps en temps, je fais des blagues sur le Dogecoin, mais elles ne sont vraiment destinées qu’à être des blagues », a-t-il déclaré avant d’ajouter que « le destin aime l’ironie… […] Il serait ironique que Dogecoin devienne la monnaie du monde ».

Ben voyons… Il n’en fallait pas plus pour que ses fans et des hordes de spéculateurs se jettent sur le Doge coin.

Ses fans se retrouvent désormais avec le « bag » puisqu’Elon a probablement pris ses bénéfices ce weekend…

Quelques heures après avoir tweeté d’être prudent, le CEO de Space X s’est rendu sur NBC dans l’émission « Saturday Night Live » et y a lancé que le doge coin était une « arnaque » (« a husle »). Sa mère, qui était également présente, a déclaré “espérer ne pas recevoir de doge coin pour la fête des mères”.

L’effet ne s’est pas fait attendre… Plusieurs utilisateurs de Robinhood se sont retrouvés dans l’incapacité de vendre pendant le big short qui a vu la cryptomonnaie perdre jusqu’à 50 % de sa valeur sur certaines plateformes, balayant tous les stop loss des traders en herbe.

L’hégémonie monétaire est un combat à mort

Le doge coin n’a jamais été une « blague ». C’est un scam orchestré depuis le début qui a probablement rapporté beaucoup d’argent à Elon Musk, d’une manière ou d’une autre…

A vrai dire, il ne s’y prendrait pas autrement si son intention était de manipuler les cryptomonnaies en vue de créer de la division et servir la cause des banquiers centraux. Cela ne coûte que quelques tweets en échange de quoi ces derniers ne s’attaquent pas à cours de Tesla…

Le problème du système monétaire actuel est qu’il offre à une poignée de banquiers centraux le pouvoir d’enrichir une caste de milliardaires via la dévaluation du fruit de notre travail. Bitcoin met fin à ce système d’esclavage par l’inflation en offrant à chaque humain une réserve de valeur indestructible.

Mais qu’on se le dise, aucun shitcoin centralisé à la masse monétaire infinie pourra tenir la distance avec le bitcoin. Nous avons tous espéré trouver le prochain bitcoin, LA pépite qui nous rendra riche. C’est humain… Mais c’est un mirage. Et Elon Musk le sait très bien. Ce petit manège, dans lequel vient de monter Big Zuckerberg, a probablement pour objectif de garder les choses sous contrôle…

zuckerberg bitcoin
Il aurait dû les appeler Tyler et Cameron Winklevoss

Les sombres desseins des géants de la Tech sont à l’opposée des idéaux du bitcoin. Le Bitcoin est la balle d’argent qui ruinera leur capitalisme de surveillance dopé à l’IA et menant tout droit au crédit social à la chinoise.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *