Ripple 100 % Vert grâce à cet investissement de $44 Millions ?

Les cryptomonnaies peuvent-elles être positives pour l’environnement ? C’est ce que veux croire Ken Weber, Responsable de l’Impact Social chez Ripple XRP. Dans une déclaration, ce dernier a affirmé les engagements de sa société pour l’environnement. Engagements maintenant concrets grâce à un investissement de 44  millions dans les énergies solaires.

1xbit

Ripple XRP veut devenir une crypto verte

Alors que son procès avec la SEC continue de durer, et que Coinbase et Binance seront bientôt sur le banc des accusés, Ripple entame déjà la suite de son voyage. Et pour assurer la pérennité de son entreprise, Brad Garlinghouse pense développement durable. Histoire d’oublier un peu le juge.

  • Ripple investit 44 millions de dollars dans un partenariat avec Nelnet
  • Ce partenariat vise à développer des installations de panneaux solaires
  • A terme, l’objectif de Ripple est de décarboniser entièrement son activité et sa blockchain
  • Les projets de ce type fleurissent dans le monde des crypto qui a engagé un virage écologique

L’environnement est un sujet sensible quand on parle des cryptomonnaies. Ce point a été soulevé par des milliardaires bien connus. Elon Musk avait suspendu le paiement de ses Tesla en Bitcoins BTC à cause de l’impact environnemental.

Depuis, c’est une mini révolution qui a eu lieu dans le monde de la cryptomonnaies :

  • Les miners, ceux qui détiennent les centre de minage et qui produisent les cryptomonnaies, se sont tournés vers des sources d’énergies vertes, comme les barrages hydrauliques.
  • Les développeurs, comme Vitalik Buterin et l’Ethereum 2.0, ont mis en place des système de validation par preuve d’enjeu- PoS.
  • Les utilisateurs enfin sont censés se responsabiliser et préférer la crypto monnaie ou la blockchain la moins énergivore.

Et puis, il y a Ripple.

La quête de la neutralité carbone

Ripple fonctionne sur un réseau réparti entre différents nœuds. Ces nœuds valident les transactions avec le protocole Ripple. Ce n’est pas exactement du minage de cryptomonnaie, mais c’est une activité qui consomme de l’énergie. Alors pour réduire l’impact énergétique de son coin XRP sur la planète, l’entreprise a décidé de se pencher sérieusement sur la question de l’environnement.

Déjà en avril, Ripple faisait office de pionnier en rejoignant le Crypto Climate Accord. A ses côtés, des géants du secteur comme Consensys et CoinShares

Et ce n’était que le début. Pour changer réellement les choses, un partenariat de 44 millions de dollars a eu lieu avec l’entreprise Nelnet. Cette société américaine était à l’origine dans le business des crédits étudiants US, puis elle s’est diversifiée dans l’énergie solaire.

Pour Ken Weber, Responsable Impact Social de Ripple, investir dans l’écologie est une priorité. En effet, ce dernier considère que l’avenir du monde passera par des technologies rapides, sécurisées et décentralisées. En d’autres termes par la blockchain et les cryptomonnaies. C’est donc de leur devoir de penser dès maintenant à l’impact écologique.

Car sans cette dimension planétaire et environnementale, les cryptomonnaies resteront un gadget pour quelques geek répartis sur le globe. Pour considérer sérieusement que l’ensemble des transactions du monde passe par des moyens électroniques, il est vital de prendre en compte la consommation énergétique et l’impact environnemental.

“Garantir un avenir énergétique propre est une priorité majeure dans tous les secteurs, non seulement pour stimuler la croissance économique future, mais aussi pour assurer un monde plus durable.” explique Ken Weber. “Alors que l’adoption des cryptomonnaies et de la blockchain continue de croître, il est évident que cette technologie sera à la base de nos futurs systèmes financiers.”

Avec ce premier investissement, Ripple espère compenser au moins 1,5 millions de tonnes biométriques de CO2.

Pour plus d’information – consultez notre guide “Acheter sur eToro“.

Les autres velléités écologiques des cryptomonnaies

D’autres projets voient le jour ces derniers temps pour rendre l’industrie blockchain plus verte.

Canada Computational Unlimited – CCU.ai, une entreprise canadienne de mining a fait une entrée remarquée en bourse pour son offre 100 % écolo. En effet, c’est la première entreprise du genre à utiliser uniquement des énergies renouvelables pour alimenter ses cartes graphiques et ses minings rigs. La source d’énergie ? En grande majorité des barrages Hydrauliques.

De plus, le ban de mining chinois a poussé les acteurs à chercher d’autres installations. Pour avoir accès à une électricité bon marché, beaucoup d’entre eux sont également allés vers des barrages et des installations solaires. La Chine était l’un des plus gros pollueurs dans le domaine du minage. Pourtant, beaucoup d’installations chinoises utilisaient également l’hydroélectricité. Mais les grandes variations entre les périodes humides et les périodes sèches obligeaient les centres de minage à utiliser des centrales à charbon la moitié du temps.

A lire aussi – ”La Folie Continue : 17 Millions $ de Bitcoin Retrouvés !

Enfin, un point essentiel qui mérite d’être abordé. Le grand problème de l’énergie, c’est qu’elle est difficile à stoker. Par exemple, quand l’électricité d’un barrage n’est pas utilisée, elle est perdue. De même pour les éoliennes. S’il utilise cette énergie, le minage de cryptomonnaie ne consomme techniquement rien, puisqu’il consomme les restes. Cependant, pour une entreprise devant s’assurer des revenus fixes et régulier, on ne peux pas attendre qu’il y ait des restes à se mettre sous la dent.

Mais pour une installation hydraulique, la mise en place de rigs de minage annexes qui entreraient en fonction à certains moment pourrait à la fois récupérer l’énergie perdu, générer des gains, et jouer un rôle dans le système de paiement décentralisé. L’avenir et le développement des cryptomonnaies et de la technologie ouvrira sans doute les portes à des solutions mixtes comme celle-ci.

Les cryptomonnaies et les blockchains sont donc encore loin d’être vertes. Pourtant, loin de vouloir faire du greenwashing, de vrais projets voient le jour pour apporter des solutions concrètes à ce problème. Car ce n’est pas juste une question d’image. Pour ceux qui croient fermement dans l’avenir crypto et décentralisé, l’indépendance et la durabilité énergétique sont les piliers de cette liberté.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *