Pourquoi l’Asie domine l’industrie crypto ?

Il est quasi impossible de dissocier aujourd’hui le succès de l’espace cryptographique de l’activité du continent asiatique tellement ce dernier domine le secteur. Une domination qui ne se limite pas seulement au monopole du minage du bitcoin, mais également aux parts de marché les plus importantes dans d’autres activités. L’Asie contrôle notamment 42% de la capitalisation boursière du marché des 20 premières cryptomonnaies et plus de 90% de volumes dans le marché des Futures de l’ETH et du BTC. Analyste chez Messari, Mira Christanto vient de partager sur le Podcast Unchained, les raisons qui justifient selon elle la domination asiatique.

Une réglementation restée longtemps favorable dans la région

C’est sans aucun doute sur cet aspect que se tient la différence fondamentale entre l’est et l’ouest sur le marché cryptographique. Mme Christanto a en effet rappelé que des réglementations jugées facultatives avaient permis à des sociétés comme BitMEX de s’installer à leur début à Hong Kong. Bien que les textes aient quelque peu évolué depuis novembre 2020, ces sociétés ont largement eu le temps nécessaire pour lancer toutes sortes de produits leur assurant un monopole sur le marché. Alors que FTX fut le premier à proposer des actions symboliques, BitMEX a été le pionnier des produits de désendettement automatique.

Bien que le marché cryptographique se targue d’être décentralisé, force est de constater qu’un continent concentre à lui seul l’essentiel de son activité. Avec notamment 50% du trading des cryptomonnaies au plan mondial, l’Asie fait clairement figure d’épouvantail dans le secteur.  L’analyste déclara d’ailleurs que : « Hong Kong a fait quelque chose de différent en prenant le cadre financier existant et en y injectant de la cryptographie ». Elle poursuivra en signalant que contrairement à ce qui se fait aux Etats-Unis, l’intervention de la Securities and Futures Commission (SFC) de Hong Kong n’avait pas réellement affecter l’avance prise par les sociétés établies sur le territoire. 

L’influence des différences culturelles

C’est un fait que la décentralisation du marché soit une caractéristique fondamentale et chère aux Occidentaux contrairement en Asie. Selon Mme Christanto, cela est essentiellement dû aux rapports qu’entretiennent les acteurs de l’espace cryptographique et les dirigeants. Culturellement, banquiers et politiciens seraient plus proches du secteur en Asie même s’il existe quelques cas de frictions entre les deux parties. C’est cette même différence culturelle qui serait d’ailleurs à la base de la faible activité d’un pays comme la Chine dans le secteur de la DeFi selon l’analyste.

Tous ces points réunis induisent en effet des différences dans les comportements commerciaux sur le marché cryptographique entre l’Asie et l’occident. Là où Américains et Européens craignent des représailles des régulateurs, leurs homologues de l’Est continuent d’accroitre leur part de marché sans aucune concurrence. Ce monopole pourrait néanmoins être perturbé avec l’arrivée imminente des CBDC dont des pays comme la Chine comptent se servir une arme contre le bitcoin.

Plus d’actions

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profil particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *