Pour Ripple, XRP et Bitcoin sont similaires

Une régulation différente doit-elle s’appliquer au XRP ? Certainement pas, estime le directeur technologique de Ripple, David Schwartz. L’entreprise poursuit son offensive pour contester l’avis de la SEC.

Les dirigeants de Ripple mènent actuellement une offensive médiatique. La finalité, défendre le statut du XRP en tant que cryptomonnaie, au même titre que l’Ether et Bitcoin. La SEC soutient cependant une autre analyse.

Le gendarme de la bourse, qui a déposé plainte en décembre 2020 contre Ripple Labs, considère au contraire XRP comme une security, dont l’émission s’est faite de manière illégale. Mais cette position va à l’encontre de « toutes les preuves ».

Bitcoin et XRP sont identiques pour le marché

C’est du moins l’argument défendu par le directeur technologique de Ripple, David Schwartz, auprès de CoinDesk. Ainsi, poursuit-il, Bitcoin et XRP partagent les mêmes caractéristiques. En conséquence, XRP devrait se voir accordé le statut de cryptomonnaie.

Bitcoin et Ether bénéficient de ce statut auprès de la SEC. Leur régulation n’est donc pas du ressort de l’autorité boursière. « Le marché les considère comme similaires. Nous les considérons comme similaires », déclare David Schwartz.

L’action de la SEC « est sortie de nulle part », dénonce-t-il encore. Le dirigeant profite de son interview pour tenter de mobiliser encore un peu plus les détenteurs de XRP contre les arguments du régulateur.

Ripple joue investisseurs contre régulateurs

« Les instances dirigeantes n’ont aucune autorité légale pour contrôler ces systèmes. Il faut penser que les gens seront capables de s’unir suffisamment pour régler le problème », brandit le directeur technologique.

Un juge fédéral américain a d’ailleurs accepté la requête de détenteurs de XRP d’intervenir dans le procès intenté contre Ripple Labs par la SEC. Ces derniers pourront faire entendre leurs arguments et défendre leurs intérêts.

Et avec un token dont le prix avoisine à présent le dollar, les investisseurs concernés ont un intérêt financier à soutenir la position de Ripple. Les accusations à son encontre sont lourdes pourtant, et suggèrent un préjudice pour les holders.

Le gendarme de la bourse reproche à Bradley Garlinghouse et Christian Larsen, les deux cofondateurs, d’avoir trompé les investisseurs dans le but de maximiser le profit de leurs ventes d’XRP.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *