L’Iran suspend l’exportation d’électricité pour éviter une pénurie

L’Iran est un pays attractif pour les mineurs de cryptomonnaies qui souhaitent mener leur activité dans de bonnes conditions. En effet, il propose des tarifs d’électricité assez réduits. Mais cette politique qui a permis au pays d’attirer des mineurs semble à présent se retourner contre lui. L’Iran a du mal à gérer l’écart entre la consommation d’électricité et la production.

Bitcoin close-up on the keyboard background, the Iran flag is shown on the bitcoin. Also the growth chart is shown.

Une demande croissante, mais une production réduite

L’Iran interrompt ses exportations d’électricité. C’est une décision difficile, mais qui semble judicieuse selon les autorités iraniennes. Abuzer Salihi, directeur général de la société iranienne de distribution d’électricité Tevanir, a annoncé à la télévision d’État que la firme avait entièrement réduit ses exportations pour « qu’il n’y ait pas de problème d’approvisionnement en électricité dans le pays ».

Il a aussi précisé que l’approvisionnement en électricité de la province afghane de Hérat a été arrêté pour mieux répondre aux besoins des Iraniens. D’après les chiffres partagés par son entreprise, la demande quotidienne d’électricité dans le pays a atteint plus de 65 000 mégawatts, alors que la production est d’environ 54 000 mégawatts. Divers éléments favorisent la hausse de la demande d’électricité ; la chaleur d’été et l’activité de mining de Bitcoin (BTC) et des autres cryptomonnaies en font partie.

En 2019, l’Iran a rendu légale l’activité de mining de cryptomonnaies. Toutefois, le pays a connu une augmentation des cas d’activité illégale de mining. De nombreux mineurs non autorisés utilisent le réseau électrique résidentiel pour alimenter leurs appareils énergivores. Alors, le pays a pris la décision d’appliquer une amende aux mineurs non autorisés.

Garantir un accès à l’électricité à tous

Les autorités ont pris d’autres mesures afin d’éviter le pire scénario qui puisse arriver : le manque d’électricité. Entre autres, il y a une interdiction de mining de cryptomonnaies durant les mois d’été. Cette disposition annoncée par le président Hassan Rouhani durera jusqu’en septembre. L’objectif reste de garantir à tous les Iraniens un accès à l’électricité pour la consommation domestique.

Avant que le pays arrête l’exportation d’électricité, il a invité tous les mineurs de cryptomonnaies opérant légalement à cesser leur activité. Le premier vice-président, Eshaq Jahangiri, l’a annoncé au cours d’une réunion avec les responsables du ministère de l’Énergie. « Nous veillerons à ce que l’électricité ne soit pas coupée dans les lieux essentiels et importants », a-t-il affirmé.

Dans le même temps, les personnes qui s’adonnent au mining de cryptomonnaies sans avoir les autorisations requises s’exposent à de lourdes sanctions. Le mois dernier (juin), les autorités avaient confisqué plus de 7 000 appareils dans un centre de mining situé à Téhéran.

À la longue, l’électricité risque de devenir une denrée rare en Iran. Pour éviter une telle situation chaotique, les autorités ont décidé d’une part que les mineurs de cryptomonnaies doivent cesser leur activité jusqu’au mois de septembre. D’autre part, elles ont arrêté de fournir de l’énergie électrique à la province afghane de Hérat. Enfin, elles poursuivent leur campagne de répression contre les mineurs illégaux.

Plus d’actions

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *