L’Iran n’a jamais interdit les échanges de cryptomonnaie d’après l’équipe juridique du président

Interrogée sur les règles s’appliquant aux transactions sur les cryptomonnaies dans son pays, la vice-présidente iranienne chargée des affaires juridiques a confirmé l’absence de réglementation interdisant cette forme de transaction numérique.

Iran flag draped over a bitcoin cryptocurrency coin. 3D Rendering

La cryptomonnaie pour contourner les sanctions américaines

Le gouvernement iranien, par le biais de sa vice-présidente aux affaires juridiques, a fait savoir dans une correspondance qu’il n’existe aucune loi interdisant les échanges de cryptomonnaie en Iran. C’est sa réponse à une demande d’éclaircissements émise par la Guilde iranienne des technologies de l’information et de la communication.

En écrivant cette lettre à l’endroit de l’ICT Guild, le service juridique du bureau du président iranien a rappelé la législation stipulant que la cryptomonnaie est bannie des modes de paiement acceptés dans le pays. Il a souligné la conformité des règles actuelles à la législation monétaire et bancaire iranienne. Ainsi, la conversion d’une cryptomonnaie en une autre monnaie digitale n’a rien d’illégal.

Aux experts juridiques d’Iran d’ajouter que les banques et autres institutions de change de la République islamique ont tout à fait le droit d’utiliser la cryptomonnaie émise par les mineurs pour payer leurs importations. Certes, le gouvernement a limité le commerce de crypto fiat, mais la Banque Centrale Iranienne (CBI) accepte réellement l’usage de la cryptomonnaie extraite dans le pays.

Nouveau président, nouvelles mesures sur la crypto ?

Pour piqûre de rappel, l’Iran avait donné son aval pour légaliser l’extraction de crypto monnaie. En 2019, des dizaines d’acteurs avaient obtenu une autorisation à condition de miner avec une énergie à moindre prix. Ce n’est que dernièrement que les autorités locales ont décidé de suspendre cette autorisation pour cause de pénurie et de pannes d’électricité durant l’été.

Courant juillet 2021, une législation a même vu le jour afin d’apporter de l’ordre dans le secteur des monnaies digitales. Histoire de consolider les appels de régulation de l’industrie de la cryptosphère. Ce projet de loi sur la pénurie stipule qu’aucun paiement par crypto monnaie n’est accepté en République islamique. Son but est la promotion de l’exploitation minière et l’équilibre au niveau du marché des échanges crypto.

Sous son ère, l’ex-président iranien Hassan Rouhani sommait le gouvernement de prendre les mesures nécessaires à cet effet. Son successeur, Ebrahim Raisi, a pris les rênes du pouvoir le 3 août dernier. Lui aussi est autorisé à nommer des vice-présidents à la tête des départements et organisations comme ceux chargés des affaires juridiques.

Plus d’actions

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *