Les CBDC sont indissociables des cryptomonnaies, selon la Banque populaire de Chine (BPoC)

D’après la Banque populaire de Chine (BPoC), les cryptomonnaies sont importantes pour contribuer au développement du yuan numérique (e-CNY). Dans un document publié par l’institution, elle indique qu’elle a à cœur de faire aboutir ses recherches sur la monnaie numérique de banque centrale (CBDC).

A tunnel from a computer program code. Central bank digital currency concept. Middle Source Software Source Code: CBDC

Les cryptomonnaies, entre pile et face

Les recherches ont commencé en 2014, puis elles se sont intensifiées au fil du temps. En 2016, la Banque populaire de Chine (PBoC) a créé le Digital Currency Institute qui a fabriqué le prototype de première génération de la monnaie numérique. Depuis que cette étape a été une réussite, les projets ont évolué plus rapidement. En effet, à la fin de 2017, l’institution financière a commencé à collaborer avec des organismes commerciaux dans le but de tester l’e-CNY.

Dans le livre blanc que la BPoC a publié, elle pointe du doigt des éléments qui s’avèrent indispensables pour l’évolution des recherches. Elle cite notamment le big data, le cloud computing, la blockchain, Internet et l’intelligence artificielle. À tous ces éléments s’ajoute la pandémie de la Covid-19 qui a favorisé la transformation numérique des entreprises et l’apparition de profonds changements dans les services de paiement chinois.

Pour autant, la BPoC prend du recul sur les actifs numériques. « Les cryptomonnaies comme le Bitcoin (BTC) sont prétendues être décentralisées et entièrement anonymes. Cependant, compte tenu de leur manque de valeur intrinsèque, des fluctuations de prix aiguës, de la faible efficacité des échanges et de leur énorme consommation d’énergie, elles peuvent difficilement servir de monnaies utilisées dans les activités économiques quotidiennes. En outre, les cryptomonnaies sont pour la plupart des instruments spéculatifs, et présentent donc des risques pour la sécurité financière et la stabilité sociale ».

Si la Banque populaire de Chine (BPoC) ne porte pas les cryptomonnaies dans son cœur, les altcoins ne bénéficient pas pour autant d’une meilleure position. L’institution pense que ces derniers « entraîneront des risques et des défis pour le système monétaire international, le système de paiement et de compensation, les politiques monétaires, la gestion des flux de capitaux transfrontaliers, etc. ».

Le rôle de l’État chinois dans le lancement du yuan numérique (e-CNY)

L’État chinois pourrait devoir mettre en place de nouvelles infrastructures de paiement de détail et repenser le mode de gestion des e-CNY. C’est ce qu’a indiqué la BPoC dans un document : « Le droit d’émettre des e-CNY appartient à l’État. La BPoC se trouve au centre du système opérationnel de l’e-CNY. Elle émet des e-CNY aux opérateurs autorisés, qui sont des banques commerciales, et gère les e-CNY tout au long de leur cycle de vie. Dans le même temps, ce sont les opérateurs agréés et les autres institutions commerciales qui échangent et font circuler les e-CNY auprès du public ».

Dans sa démarche pour faire de la monnaie numérique de banque centrale (CBDC) une réalité, la Banque populaire de Chine (BPoC) dit avoir tenu des réunions avec d’autres organisations, comme la Banque des règlements internationaux, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

La Banque populaire de Chine (BPoC) poursuit ses recherches pour le lancement du yuan numérique (e-CNY). Pour cela, elle a organisé des réunions avec de nombreuses institutions internationales et elle a clarifié sa position vis-à-vis des cryptomonnaies et des altcoins, dans un document.

Plus d’actions

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *