Le Vice Président du Nigeria prend la défense des cryptomonnaies

Alors que l’interdiction pour les banques de fournir des  services aux acteurs crypto du Nigéria a déclenché une levée de boucliers, Yemi Osinbajo, vice-président du pays, vient renforcer les rangs des défenseurs des cryptomonnaies. Dans un sommet du comité des banquiers, il a fait part de ses inquiétudes face à la tentative de la Banque Centrale d’étouffer la croissance rapide de l’activité crypto dans le pays.

Le système financier traditionnel a de quoi avoir peur

Pour le Professeur Yemi Osinbajo, les cryptomonnaies et la technologie sous-jacente, la blockchain, ont le potentiel de remettre en question le système bancaire traditionnel. https://www.youtube.com/embed/WIG2OJU7GYQ?feature=oembed

“Il ne fait aucun doute que la technologie blockchain en général et les cryptomonnaies en particulier vont, dans les années à venir, remettre en question le système bancaire traditionnel d’une manière que nous ne pouvons pas encore imaginer, et nous devons donc nous préparer à ce changement sismique qui pourrait survenir plus tôt que tard”.

Yemi Osinbajo

Digne d’un influenceur crypto, le vice-président nigérian a même joué le prof en enseignant à ses pairs les cas d’usage potentiels de la DeFi. 

“La finance décentralisée utilise des smart-contracts pour créer des instruments financiers, à la place des intermédiaires financiers centraux tels que les banques ou les sociétés de courtage, est sur le point de défier la finance traditionnelle. Des sociétés comme Nexo finance proposent des prêts instantanés en utilisant la cryptomonnaie comme garantie”.

Ne tuez pas la poule aux oeufs d’or 

M Osinbajo a achevé son discours en lançant  une petite pique aux récentes positions de la CBN (Central Bank of Nigeria). Il est revenu sur les justifications qui ont été avancées par cette dernière pour instaurer un embargo bancaire aux entreprises cryptos et a estimé que cela méritait une réflexion approfondie.

“J’apprécie pleinement la position ferme de la CBN, de la SEC et de certaines des agences de lutte contre la corruption sur les abus que peuvent faciliter les cryptomonnaies et leurs autres préoccupations bien formulées, mais je crois que leur position devrait faire l’objet d’une réflexion plus approfondie […] il appartient à nos autorités monétaires et à la SEC de fournir un régime réglementaire solide qui réponde à ces graves préoccupations sans tuer la poule aux oeufs d’or.”.

Le vice-président du Nigéria a finalement  conclu en insistant sur l’importance d’une réglementation réfléchie et fondée sur la connaissance, et non d’une simple interdiction. “Ce que je veux dire, c’est que certains des développements passionnants que nous voyons appellent à la prudence et à la précaution dans leur adoption, mais nous devons agir en connaissance de cause et non par peur”. 

Plus d’actions

Salut, c’est Gloire. En 2014 j’ai entendu parler de bitcoin à la télé avant de m’intéresser du sujet fin 2017. Depuis, chaque jour j’apprends à le comprendre tout en partageant mes petites découvertes avec la communauté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *