Le Tsunami Inflationniste maintient le Bitcoin (BTC) à flot

Inflation hors de contrôle

Toutes choses égales par ailleurs, imprimer toujours plus d’argent se solde par de l’inflation. Fut un temps où la croissance économique permettait d’éponger facilement l’argent. Tant qu’il y a des sols à épuiser, des forêts à couper, des puits à forer, des matières premières à extraire, il n’est pas difficile de maintenir le pouvoir d’achat de la monnaie.

N’importe quel nigaud peut gouverner avec du pétrole à foison. Mais maintenant que le pic pétrolier est derrière nous, le roi est nu. Les sous-fifres au pouvoir découvrent avec effroi que leur idéologie, ainsi que leur supposée supériorité intellectuelle, ne sont que mirages.

Rendez-vous compte que 25 % de la dette publique a été contractée au cours de l’année passée. La FED rachète les 3/4 de toutes les nouvelles dettes, faisant grimper les anticipations d’inflation au plus haut depuis 2008.

L’indice des matières premières de Bloomberg est en hausse de 50 % au cours de l’année passée. Le prix du cuivre est à deux doigts de son plus haut historique. Idem pour le prix du maïs qui est en hausse de 75 % par rapport à son niveau d’avant pandémie. + 30 % pour le Soja. L’acier s’envole de plus de 50 % sur l’année. Le bois de construction ? +363 % au cours des 12 derniers mois…

prix bois de construction lumber
“Bois de construction”

Goldman Sachs anticipe un prix du baril entre 70 $ et 80 $ à moyen terme. Le Baltic Dry Index – qui mesure le prix du fret par conteneur sur les océans, est en hausse de 123 %. Au plus haut depuis plus d’une décennie.

Toute cette inflation commence déjà à se transmettre à l’indice des prix à la consommation et il ne faut pas compter sur les banquiers centraux où les gouvernements pour s’en émouvoir. L’inflation permet en effet de réduire le poids de la dette via la spoliation de notre pouvoir d’achat, ce qui va inciter des millions de personnes à se réfugier dans le bitcoin pour se couvrir.

Le Dollar coule de nouveau

L’autre raison pour laquelle le BTC/USD ne parvient pas à rester longtemps sur la pente descendante est la faiblesse du dollar. Après un début d’année tonitruant, les taux d’emprunt du gouvernement américain ont cessé de monter. Le taux à 10 ans US est passé de 1.75 % à 1.58 % au moment d’écrire ces lignes.

Le Dollar Index, qui permet de jauger la vigueur du billet vert par rapport à l’Euro et quelques autres monnaies importantes, est de nouveau en baisse. Pareil pour le taux de change USD/CNY. Le yuan chinois a repris sa marche en avant quasiment ininterrompue depuis un an.

Le bitcoin étant le candidat affiché pour remplacer le dollar en tant que monnaie de réserve internationale, cette dévaluation est du pain béni.

À ce titre, notons que la Russie et la Chine ne réalisent plus que 25 % de leur commerce bilatéral en dollar. La Russie s’est débarrassée de quasiment 100 % de ses réserves en dollar l’année dernière et nous avons appris cette semaine que moins de 50 % de ses exportations sont désormais payées en dollar.

De même, les derniers chiffres du FMI sont sans appel. Le dollar ne représente plus que 59 % des réserves de change internationales, soit une baisse de 17.5 % en deux décennies. Concernant les paiements, il est désormais au coude à coude avec l’euro qui représente 36 % des paiements internationaux, contre 42 % pour le dollar.

Réserves de change internationales
“Distribution des réserves de change internationales” / Source : FMI / Les réserves de change mondiales représentent l’équivalent de 12 700 milliards $

De sorte que si le bitcoin était inclus dans les réserves de change internationales, il pèserait déjà autant que le yen et le yuan réunis. Et s’il venait à remplacer l’ensemble des monnaies de réserve internationales, un seul bitcoin vaudrait plus de 660 000 $…

Il est important de comprendre qu’il faudrait un miracle pour que le bitcoin ne devienne pas l’architecture monétaire du XXIe siècle. Quelle monnaie peut véritablement rivaliser ? Un dollar adossé à une dette augmentant de 25 % par an ? Un euro qui finira par exploser en vol ? Un yuan, monnaie d’un pays totalitaire champion de la surveillance de masse ?

Hash rate, Janet Yellen et théorie des jeux

Concernant les fondamentaux touchant directement au bitcoin, notons que le hash rate est remonté non loin du plus haut historique après un creux significatif le mois dernier nous ayant révélé que les Chinois contrôleraient finalement moins de 40 % du hashrate.

Par ailleurs, le nombre de bitcoins sur les exchanges continue de sombrer. Si l’hémorragie continue à ce rythme, il n’y aura plus un seul bitcoin sur Coinbase d’ici 450 jours…

 Nombre de bitcoin sur les exchanges
“Nombre de bitcoins détenus sur les exchanges”

Terminons en soulignant que le dernier coup de mou du bitcoin peut être attribué à Janet Yellen, la secrétaire au Trésor US. L’ancienne présidente de la FED a laissé entendre ce mardi 4 mai que les taux d’intérêt devront remonter, ce qui a pesé sur l’or et le BTC.

« Il se peut que nous devions rehausser les taux d’intérêt pour éviter la surchauffe de l’économie », a-t-elle déclaré lors d’un séminaire économique présenté par The Atlantic.

Il est vrai que le Congrès US en a profité de cette pandémie médiatiquement montée en épingle pour dépenser 5 300 milliards $ via un déficit budgétaire de plus de 3 000 milliards $. Et cela pour 2020 seulement.

Janet ment comme une arracheuse de dents. Les taux ne peuvent absolument pas remonter avec une telle dette. Cela fait 50 ans que les taux ne cessent de sombrer. Si les taux devaient remonter, cela voudra dire que nous serions en prise avec une inflation officielle à deux chiffres, ce qui est de très bon augure pour le bitcoin.

Nous entrons dans l’ère de la raréfaction des matières premières et de l’effacement de la dette par l’inflation. L’ère du bitcoin ! Sans parler des vives tensions entre l’empire du milieu et l’oncle Sam. Le pape de la politique étrangère américaine, Henry Kissinger, a prévenu que les tensions entre les deux puissances pourraient déboucher sur une terrible guerre entre les deux puissances.

« Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, celle-ci a la capacité de s’éteindre elle-même dans un laps de temps fini », a déclaré l’architecte du pétrodollar avant d’ajouter que si les armes nucléaires étaient déjà suffisamment importantes pour endommager la terre entière pendant la guerre froide, les progrès de la technologie nucléaire et de l’intelligence artificielle ont multiplié la menace apocalyptique.

BTC/USD

Ces saillies lancées vendredi dernier lors du forum du McCain institute sont de la surenchère dans l’horreur. La théorie des jeux suggère donc que nous avons plus que jamais besoin de l’apatride bitcoin pour désamorcer cette guerre froide.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *