Le gouverneur de la Réserve fédérale trouve inutile le développement des monnaies numériques des banques centrales (CBDC)

Selon Christophe Waller, le gouverneur de la Réserve fédérale des États-Unis, les CBDC n’ont aucune utilité.

cbdc. a man draws the inscription cbdc and icons of currencies of different states

Les CBDC n’apportent rien de plus

À l’instar de la Chine et de la Russie, plusieurs pays développent leurs propres monnaies numériques contrôlées par les banques centrales. Aux États-Unis, l’idée d’un dollar numérique est également avancée par de nombreux législateurs qui aimeraient que le processus soit accéléré.

Peu se posent la question de la légitimité et de l’utilité d’une telle solution. Néanmoins, Christophe Waller propose un avis contrasté. En tant que gouverneur de la Réserve fédérale, il estime que les CBDC ne sont pas nécessaires.

Pour lui, une CBDC n’apporte aucune solution que n’apporte déjà le secteur privé via les cryptomonnaies comme le Bitcoin (BTC), l’Ethereum (ETH) et autres.

Au cours d’un groupe de réflexion organisé par l’American Enterprise Institute portant sur les politiques publiques, Waller a déclaré que “Le secteur privé développe déjà des alternatives de paiement moins chères pour concurrencer le système bancaire. Par conséquent, il semble inutile que la Réserve fédérale crée une CBDC pour réduire les demandes de paiement que nous voyons par les banques.”

Des cryptomonnaies plus efficaces

Les banques n’ont pas attendu le développement de CBDC pour réaliser des transactions numériques. Une monnaie numérique de la banque centrale n’apporterait rien de plus puisque dans tous les cas, le taux de change est de 1:1 par rapport à la Réserve fédérale.

À l’inverse, Waller estime “que les innovations du secteur privé pourraient réduire la marge facturée par les banques plus efficacement que ne le ferait une CBDC. Si les banques commerciales tirent des loyers de leur pouvoir de marché, il existe alors une opportunité de profit pour les non-banques d’entrer dans le secteur des paiements et de fournir au grand public des services de paiement moins chers.”

Reste que pour les pays développant une CBDC, et en particulier la Chine, la monnaie numérique permet surtout de suivre et de mieux contrôler les flux d’argent réalisés à l’extérieur du territoire. Dans le commerce international, les CBDC peuvent donc avoir un rôle séduisant pour certains pays et notamment ceux qui font face à des sanctions économiques.

Les CBDC répondent à des objectifs strictement opposés à ceux des cryptomonnaies habituelles. Tandis que ces dernières prônent une décentralisation totale et une régulation minimale, les CBDC promettent un contrôle maximal pour les États.

Plus d’actions

Mon intérêt pour les nouvelles technologies m’a téléporté dans l’univers blockchain. Dimension à la fois complexe et tellement vaste que mon cerveau a d’abord réagi en mode “Error 404” frôlant la faille spatio-temporelle avant que j’en comprenne peu à peu les codes.

Le chemin est encore long avant d’obtenir le salut du dieu Crypto, mais en attendant j’en profite pour partager ma passion avec vous.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *