Le fisc américain pourra accéder aux fichiers des clients de Kraken qui font plus de 20k$ de transactions

Ma liberté s’arrête là où commence celle du fisc. Les services fiscaux américains ont obtenu une ordonnance du tribunal pour exiger des dossiers des clients de Kraken afin de lutter contre la fraude fiscale. Le filet lancé par le fisc laissera cependant filer les plus petits poissons.

20 000 $ de soucis

Selon un communiqué de presse du 5 mai 2021, le Northern District of California a rendu une ordonnance l’Internal Revenue Service (IRS) à signifier une assignation John Doe à Kraken et à ses filiales pour traquer les fraudes fiscales.

L’assignation John Doe est une tactique utilisée par le fisc pour demander des informations sur des personnes qu’il ne peut identifier nominativement – elle est proche de la plainte contre X en France.

Le fisc pourra accéder aux informations financières des clients de la plateforme ayant réalisé 20 000 $ de transactions en cryptos. L’IRS s’intéresse aux clients US de Kraken ayant réalisé des transactions entre 2016 et 2020.

Les filiales de Kraken et sa société mère basée aux États-Unis, Payward Ventures, devront fournir à l’IRS des documents identifiant les contribuables américains qui “pourraient avoir omis de se conformer aux lois fiscales internes“.

Selon le communiqué, Kraken n’est pas sous le coup d’une enquête pour des actes répréhensibles, mais les assignations sont plutôt une tentative de renforcer l’ “enquête du département fiscal sur un groupe ou une classe de personnes identifiables“.

Le cercle fiscal

Les directives fiscales de l’IRS ont été rééditées. Elles décrivent le traitement des cryptomonnaies comme des biens, avec toutes les charges fiscales fédérales correspondantes.

Au mois d’avril 2021, la société de paiement crypto Circle a également été visée par une ordonnance d’un tribunal fédéral du district du Massachusetts, demandant des documents d’identification de tous les clients de Circle et Poloniex ayant effectué des transactions de plus de 20 000 $ entre 2016 et 2020.

Des cryptomonnaies reconnues comme des biens par le fisc : pas de quoi se réjouir ! Et si l’administration Biden déclarait les cryptos illégales, tous les impôts dus seraient-ils annulés, et ceux déjà payés rembourser ? Même les tribunaux ne reconnaissent pas le droit à l’anonymat financier. Les exchanges restent le point faible de la cryptosphère, livrant ses clients aux requins. Certains projets cryptos comme le Monero (XMR) offre une protection accrue de la vie privée. A quand de véritables DEX, sans propriétaire identifiable, avec des algorithmes suffisamment complexes pour protéger ses utilisateurs des regards des voyeurs.

Plus d’actions

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *