Le Bitcoin bute sur l’évasion fiscale au Mexique

Pour le président mexicain, la priorité du moment n’est pas de légaliser le Bitcoin comme monnaie, mais de lutter contre l’évasion fiscale.

Le cours du Bitcoin bénéficie à plein de la désormais probable cotation d’ETF Bitcoin sur les marchés financiers américains. Ce n’est donc pas la position du président mexicain à l’égard d’une législation sur la cryptomonnaie qui le détournera de sa trajectoire.

1xbit

Contrairement à son homologue du Salvador, Andres Manuel Lopez Obrador ne prévoit pas en effet d’introduire dans la législation du pays une disposition favorable au BTC. Un désintérêt ?

Scandale d’évasion fiscale au Mexique

Non, plutôt une question de priorité, comme le clarifie le président auprès de la presse locale. “Nous pensons que nous devons maintenir l’orthodoxie dans la gestion des finances et ne pas essayer d’innover beaucoup dans la gestion financière”, déclare Obrador.

Le pays et son gouvernement sont en effet éclaboussés par les dernières révélations des Pandora Papers. Cette enquête internationale met en lumière l’ampleur de l’évasion fiscale dans le monde.

D’après les informations dévoilées par la presse, 3000 contribuables mexicains auraient recours à des paradis fiscaux pour échapper à l’impôt dans le pays. En outre, le nom d’un ministre du gouvernement figure dans cette liste.

Nous voulons qu’aucun privilège ne subsiste et que tout le monde contribue” fiscalement, met en avant le président Obrador. La priorité politique au Mexique est par conséquent la lutte contre l’évasion fiscale plutôt que Bitcoin.

Des salaires en BTC au Salvador

L’exemple du Salvador inspire pourtant plusieurs politiques mexicains, qui espéraient voir le BTC devenir une monnaie légale dans l’Etat d’Amérique du Sud. Il leur faudra attendre une période plus propice.

Le Mexique abrite au moins une grande fortune en Bitcoin en la personne de Ricardo Salinas Pliego. La troisième fortune du pays révélait en 2021 détenir 10% de son portefeuille de liquidités en BTC.

Il souhaitait en outre que la banque Banco Azteca, dont il est propriétaire, accepte les bitcoins. Cette ambition n’aboutira pas en raison de l’opposition de la banque centrale mexicaine.

Au Salvador, en revanche, les usages du BTC continuent de se développer, malgré toutefois l’opposition d’une partie de la population. Les salariés pourront ainsi désormais être payés en cryptomonnaie.

Une victoire pour les partisans des cryptomonnaies et plus particulièrement du Bitcoin ? Ce n’est certainement pas l’avis du cofondateur d’Ethereum. Vitalik Buterin dénonce au contraire une violation même du principe de la crypto. Les monnaies numériques ne peuvent faire l’objet d’une obligation, argue-t-il.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *