La Chine ne pouvait plus fournir la moitié du hashrate du Bitcoin (BTC)

La Chine connaît sa pire pénurie d’énergie depuis 2011. Cette information passée sous les radars pourrait bien expliquer le soudain sacrifice des mineurs de bitcoin.

Plus assez d’énergie pour miner le bitcoin ?

Il n’aura échappé à personne que le Parti Communiste Chinois – qui fêtait ses 100 ans cette semaine – a banni ses mineurs. Et au vu de la baisse du hashrate, il apparait que la Chine en abritait au moins 50 %. Peu étonnant quand on sait que les plus grands constructeurs d’ASICs sont chinois. Bitmain, Canaan Creative et Ebon International contrôlent près de 90 % du marché.

Nous spéculions donc le weekend dernier qu’il importe plus au PCC de ne laisser aucune échappatoire à son système d’ingénierie sociale totalitairedont le crédit social et le CBDC (e-CNY) seront les pierres angulairesque de soutenir le bitcoin en vue de détrôner le dollar.

Mais à la lueur de nouvelles informations, il apparaît aujourd’hui que la Chine ne pouvait tout simplement plus se permettre d’héberger la moitié du hashrate du nouveau système monétaire international. C’est en tout cas ce que suggère la crise énergétique que traverse le pays.

La pire crise depuis une décennie

Plusieurs provinces font face à des pénuries d’électricité depuis plusieurs semaines, notamment la province de Guangdong dont dépend plus de 10 % de la production nationale et 1/4 des exportations. Ce poumon industriel rationne sa production d’électricité depuis plus d’un mois, forçant certaines entreprises à fermer plusieurs jours de la semaine.

Il se dit que cette situation va durer jusqu’à la fin de l’année…

Quasiment 1/3 des provinces chinoises subissent les mêmes restrictions. Notamment le hub manufacturier de Zhejiang ainsi que la province Yunnan, là où opéraient justement de nombreux mineurs de BTC qui profitaient de l’énergie hydroélectrique. Les sécheresses ont amenuisé les réservoirs d’eau, entraînant une baisse de la production d’électricité.

Le recul de la production d”électricité au Yunnan (principale province productrice de métaux) est tel qu’il a entraîné une baisse de la production d’aluminium dont le processus de fabrication nécessite énormément d’électrons. Autre signe qui ne trompe pas, l’indice PMI manufacturier chinois s’est tassé pour le troisième mois consécutif. Le sous-indice de la production est même tombé au plus bas depuis mars 2020.

Certaines autorités locales préviennent que le rationnement pourrait durer jusqu’à la fin de l’année, suggérant par là que les problèmes énergétiques du pays sont loin d’être un épiphénomène.

Guerre économique, canicule et changement climatique

L’arrivée de Biden à la maison blanche n’a rien changé à la politique étrangère de l’Oncle Sam. La guerre commerciale continue et l’allié australien s’est immiscé dans le bras de fer. Le ton est monté avec Canberra si bien que Pékin a fortement réduit ses importations de charbon.

Il en résulte une hausse des prix (+140 % en un an) faisant que les centrales à charbon chinoises réduisent leur production face au refus du gouvernement de rehausser le prix de l’électricité.

Dans le même temps, la demande est à son pic en raison des grandes chaleurs qui provoquent une sur-consommation des climatiseurs et des réfrigérateurs. L’Iran, qui fait face au même problème, a également interdit aux mineurs de bitcoin d’opérer pour les six prochains mois par crainte des blackouts.

Par ailleurs, le président Xi Jinping s’est engagé à tendre vers la neutralité carbone d’ici 2060. Cette décision pèse naturellement sur les investissements dans la production énergétique charbonnière qui est responsable pour 60 % de l’électricité du pays. La Chine importe près de 300 millions de tonnes de charbon par an…

Enfin, l’Agence internationale de l’énergie s’attend à ce que la demande d’électricité chinoise en 2021 augmente de 12 % par rapport au niveau de 2019… La demande est déjà en hausse de 20 % depuis le début de l’année pour la Chine du Sud.

Dit autrement, la Chine n’avait pas d’autre choix que de délocaliser son industrie de mining BTC dont les 70 térawatts-heures représentaient la moitié de la consommation d’une ville comme Shanghai.

Plus d’actions

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *