La Banque de réserve de l’Inde réfléchit à créer une monnaie numérique de banque centrale

T Rabi Sankar, le gouverneur adjoint de la Reserve Bank of India (RBI, la banque centrale indienne), a annoncé au cours d’une allocution donnée au Vidhi Center for Legal Policy, que la RBI était en train de réfléchir à la possibilité d’émettre d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC, Central Bank Digital Currency en anglais, NDLR).

Une décision motivée par le développement des monnaies numériques privées

Le gouverneur adjoint de la banque centrale indienne a expliqué que le développement et la croissance toujours plus forte des monnaies numériques privées et des cryptomonnaies étaient l’un des facteurs principaux qui pouvaient motiver cette décision.

T Rabi Sankar estime en effet que le développement d’une CBDC par la banque centrale indienne pourrait fournir au public les mêmes utilisations et les mêmes avantages que les monnaies numériques, telles que le Bitcoin (BTC), tout en limitant la volatilité de la devise.

Sankar a poursuivi en expliquant que « les CBDC sont une forme sûre et stable de monnaie numérique » et que « les arguments en faveur des CBDC pour les économies émergentes sont clairs ».

À l’heure actuelle, toujours selon la même personne, la RBI est train d’imaginer une stratégie d’entrée en vigueur progressive d’une CBDC et examine différents scénarios dans lesquels la CBDC pourrait être émise et être utilisée sans pour autant perturber le statu quo de la banque centrale.

Le représentant de la RBI est revenu sur un certain nombre de problématiques qui devront être examinées avant que la mise en œuvre des CBDC puisse réellement être utilisée.

Il a notamment souligné la nécessité de réfléchir attentivement à la façon dont les paiements effectués seraient réalisés. Sankar a dédié une partie de son discours aux questions de sécurité notamment vis-à-vis de l’anonymat des utilisateurs de cette CBDC.

Ce dernier point est d’ailleurs la partie qui préoccupe le plus T Rabi Sankar. En effet, il a souligné que les institutions financières traditionnelles pourraient perdre leur rôle de tiers de confiance. Cette crainte se fonde sur le fait que Satoshi Nakamoto, le créateur du Bitcoin, avait reconnu avoir conçu la technologie blockchain pour mettre fin au rôle d’intermédiaire dont jouissent les banques.

Sankar a cependant reconnu que « le temps des CBDC est proche ».

Ces derniers mois, les CBDC ont énormément gagné en popularité auprès de nombreux pays. C’est notamment le cas de la Corée du Sud, qui s’est tournée vers la blockchain pour les tests pilotes de sa CBDC, du Canada, qui a également reconnu les avantages d’une CBDC, de la Chine, qui a procédé au lancement de son Yuan numérique (e-yuan) ou des États-Unis, où le président de la Reserve Fédérale (FED) a annoncé que le lancement d’une CBDC pourrait réduire l’influence des cryptomonnaies.

Plus d’actions

Passionné de la finance et des investissements de demain, je déniche sur le web les dernières tendances (et les dernières infos) en matière de cryptomonnaies et de calcul de risque. De nature curieuse, je fouille et arpente les médias anglophones à la recherche de news à croquer. Mon objectif ? Proposer des informations synthétiques vérifiées et de qualité pour éclairer ceux qui désirent s’aventurer dans le monde des cryptoactifs.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *