La banque centrale du Nigéria dément avoir mis en place des restrictions sur les cryptomonnaies

Elle a surtout besoin de cours de diplomatie. La Banque centrale du Nigéria (BCN) met de l’huile sur le feu en réaffirmant sa volonté de bannir les cryptomonnaies du Nigéria.

Pas de concurrence !

Le 5 février 2021, la Banque centrale du Nigéria adresse une lettre aux banques locales, pour identifier et fermer tous les comptes liés à des plateformes ou à des opérations cryptos.

Binance est alors obligé de suspendre temporairement les dépôts en naira nigérian. Suite aux protestations provoquées par cette directive de la BCN, cette dernière campe sur sa position.

Elle a indiqué dans un document de 5 pages que cette directive vise à protéger le système financier du pays contre les « risques »associés aux cryptomonnaies.

La BCN souligne qu’elle n’a « pas imposé de nouvelles restrictions aux cryptomonnaies ». Elle ne fait que rappeler les points essentiels de la circulaire publiée en janvier 2017.

Cette circulaire précisait que l’utilisation des cryptomonnaies était contraire au « mandat clé de la BCN en tant qu’émetteur de monnaie ayant cours légal dans le pays ».

Warren Buffet au Nigéria

Malgré ces restrictions règlementaires sur les cryptomonnaies, l’adoption de ces dernières s’est développée dans le pays.

Le Nigéria est aujourd’hui l’un des principaux marchés cryptos au monde. La BCN a décidé de ne point considérer ces faits. Elle va même jusqu’à appuyer ses mesures anti-cryptos sur des affirmations non fondées.

La BCN a ainsi affirmé que la Chine a « complètement interdit [les cryptomonnaies] et que tous les  exchanges ont été également fermés ».

La BCN a même tenté de discréditer les cryptomonnaies en invoquant les discours anti-Bitcoin (BTC) de Warren Buffet.

La Banque centrale a déclaré qu’elle « continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour éduquer les Nigérians à renoncer » à l’utilisation des cryptomonnaies.

Certains acteurs cryptos ont laissé entendre qu’ils pourraient être obligés de quitter leur pays d’origine pour saisir des opportunités ailleurs.

Pour le directeur général de la société de Conseil Jelorida Africa, Adedayo Adebagio, cette décision de la BCN était inévitable. Selon lui, les récentes manifestations d’Endsars sont l’un des facteurs qui a contribué à ce changement d’approche de la BCN.

Fin 2020, la BCN ordonne le gel des comptes bancaires associés aux dirigeants du mouvement Endsars. Ces derniers ont alors demandé des dons en Bitcoin.

La BCN sera-t-elle la 1ère institution à mettre à exécution ses menaces sur l’interdiction des cryptomonnaies dans le pays ? Warren Buffet lui enverra une lettre de félicitation lorsqu’elle gagnera cette guerre.

Plus d’actions

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *