La Banque Centrale Chinoise adoube le Bitcoin (BTC)

BAOA Forum

Créé en 2001 par 25 pays asiatiques, le Forum s’est installé dans la province d’Hainan, à Bo’ao, et fonctionne sur le même modèle que son pendant européen, le World Economic Forum.

D’après Bloomberg, seront notamment présents cette année Elon Musk (Tesla), Tim Cook (Apple) ou encore le patron du fonds d’investissement géant Bridgewater, Ray Dalio. Soit dit en passant, ce dernier a récemment changé de ton à propos du bitcoin, estimant désormais qu’il devrait faire partie de n’importe quel portefeuille d’investissement.

En attendant que tout ce beau monde prenne la parole au cours des prochaines heures, nous avons déjà eu des déclarations très intéressantes de la part de Li Bo sur l’e-CNY, le bitcoin et le dollar.

Après avoir rappelé que les exchanges et les ICO sont toujours interdits en Chine, le banquier central a répété le mantra en vogue, à savoir que “le bitcoin n’est pas une monnaie“, avant de lui offrir le titre “d’investissement alternatif“.

Cette bisbille de nomenclature est tenace mais certaines banques comme la Deutsche Bank ne s’en embarrassent déjà plus. Pour la plus grande banque européenne, le bitcoin est désormais la troisième « monnaie » mondiale.

« Nous pensons que le bitcoin et les stablecoins sont des actifs encryptés et qu’ils devraient jouer un rôle majeur à l’avenir en tant qu’outil d’investissement ou investissement alternatif. », a déclaré Li Bo.

C’est déjà pas mal. Il ne fallait pas s’attendre à beaucoup plus d’un pays totalitaire souhaitant abolir le cash pour parfaire son outil de surveillance dystopique. Aka le Crédit Social

Jeux olympiques d’hiver et « Cryptoyuan »

Non, l’e-CNY, ou encore Yuan Digital, n’est pas une « crypto »-monnaie. Il ne fonctionne pas avec une blockchain décentralisée. Sans anonymat ni de masse monétaire fixe, il est à l’opposé de ce que représente le bitcoin.

L’e-CNY sera testé dans de nouvelles grandes villes, a déclaré Li Bo, tout en précisant qu’aucune date spécifique n’existe quant à son lancement officiel. La monnaie numérique sera toutefois proposée aux touristes lors des jeux olympiques d’hiver 2022. Espérons pour eux que le test PCR rectal ne sera d’ici là plus obligatoire dans les aéroports…

e-cny

Si le parti communiste parvient à ses fins en substituant l’e-CNY au cash, l’historique d’achat complet viendra abreuver le fichier. Les habitudes de consommation permettront alors d’affiner le Crédit Social duquel dépend sa liberté.

C’est la Doctrine du Panopticon que Michel Foucault a décrit dans son livre Discipline et punition :

« L’effet majeur du panopticon est d’induire chez le détenu un état de conscience et de visibilité permanente qui assure le fonctionnement automatique du pouvoir ».

Dit autrement, l’incertitude de savoir si l’on est constamment surveillé induit l’obéissance. Ce qui permet à une infime minorité de contrôler le plus grand nombre.

Le capitalisme de surveillance, dont l’e-CNY est une excroissance, est une prison à ciel ouvert. Tous les comportements sont inhibés par peur de devenir un citoyen de seconde zone. L’avion, le train, l’accès à certaines écoles, la possibilité d’être élu ou encore l’accès à son épargne sont autant de libertés menacées en cas de philosophie de vie trop éloignée de la norme.

L’e-CNY est la pointe de l’épée du contrôle à l’échelle domestique. Mais l’empire du milieu a aussi des ambitions internationales pour son Renminbi.

L’internationalisation du yuan

Li Bo a déclaré « coopérer avec d’autres pays afin de trouver une solution pour les paiements internationaux ».

Ce n’est plus un secret pour personne que la Chine défie l’hégémonie monétaire américaine. Cette dernière découle directement du fait que tout le pétrole du monde soit vendu en billets verts. Les rares pays qui défient le système du pétrodollar, comme le Venezuela ou l’Iran, se retrouvent sous embargo…

Pékin, naturellement agacé par ce privilège exorbitant indu, a lancé le projet pharaonique des nouvelles routes de la soie en vue de faciliter l’internationalisation de sa monnaie. Non sans conséquence puisque les deux superpuissances se livrent une guerre commerciale depuis maintenant 4 ans.

Le gouverneur a donc lancé que « l’internationalisation du yuan sera un processus naturel, et que l’objectif de la Chine n’est pas de remplacer le dollar ou d’autres monnaies globales, mais de laisser le marché faire son choix »…

Malheureusement, cela se saurait si les nations étaient libres de faire leurs propres choix… L’Iran, qui refuse de vendre son pétrole en dollar, a été déconnectée du réseau SWIFT… D’autre part, ses tankers sont régulièrement attaqués en mer par Israël.

Le fait que la banque centrale chinoise ait mis de l’eau dans son vin à propos du bitcoin vise probablement à s’offrir une porte de sortie au cas où Washington décide de défendre son pré-carré monétaire via une troisième guerre du golfe… La république islamique n’a effectivement pas l’intention de subir le même sort que son voisin irakien et considère aussi le bitcoin comme un “outil” sérieux.

Le bitcoin permet aux nations de commercer à armes égales. Il est sans conteste la monnaie de réserve internationale indispensable autour de laquelle il faudrait reconstruire l’architecture monétaire mondiale afin de préserver la paix.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *