Incroyable mais vrai … les capitaux publics chinois soutiennent le minage de BTC !

Eh oui, ça fait sourire de savoir que l’État chinois est désormais impliqué publiquement dans une des plus grosses entreprises du secteur de la crypto. Contre toute attente, le gouvernement finance une entreprise qui fait de la construction, de l’exploitation et de la collocation de pools de mining. 

Même si c’est de façon indirecte, cette décision du gouvernement semble s’opposer à toutes les autres actions menées par l’Etat.

Let’s connect the dots

Pour commencer, c’est la société 500.com qui vient d’acquérir l’un des plus grands pools miniers spécialisé dans le mining de Bitcoin, le fameux pool BTC.com, alors créé par l’entreprise de mining  Bitmain.com. Cette acquisition n’est pas banale car ce pool n’est pas un acteur anodin lui-non plus, bien au contraire.

BTC.com est le 5e plus grand pool minier au monde et son taux de hashage représente environ 10 % de l’activité du réseau international total. Il a été créé par l’entreprise Bitmain.com, le 1er fabricant mondial de matériel d’extraction de Bitcoin (ASIC), qui fait du multidevises, du partage de puissance de calcul et de la gestion de colocation de serveurs de minage depuis 2016.

De son côté, la société 500.com n’a rien à voir avec cet écosystème car elle est spécialisée dans la vente de tickets de loterie sportive en ligne. C’est une plateforme qui vend des tickets de paris sportifs, permettant aux utilisateurs de parier sur des matchs, tels ceux de la ligue européenne de football, par exemple. Elle a été fondée en 2001 à Shenzhen.

Depuis que ces acteurs grandissent, ils font face aux législations nationales, aux contradictions gouvernementales, et finissent par se rencontrer … et c’est dans ces dessous de leur histoire qu’on comprend  que des capitaux publics chinois sont effectivement utilisés pour financer l’un des plus grands pools d’extraction de Bitcoin !Abonnez-vous gratuitementRejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaiesemail *Valider

La transformation de la société 500.com commence en 2013, c’est-à-dire l’année où elle rentre en bourse aux États-Unis. Au moment de son introduction en bourse, 500.com a déjà réalisé une très grande croissance grâce à l’essor d’internet en Chine, mais ce n’est que le début. Elle arrive donc avec une levée de 58 millions de dollars et une évaluation de sa capitalisation à 330 millions de dollars.

Un an après, en  2014, sa capitalisation boursière atteint son apogée avec 1,5 milliard de dollars.

Mais en 2015 -coup d’arrêt- les régulateurs chinois font tout pour stopper la croissance frénétique des plateformes de loterie sportive en ligne, lorsqu’ils n’ont pas la licence nécessaire. 

Alors qu’il prétendait avoir sa licence et donc être autorisé à exercer, la société 500.com se voit forcée à suspendre ses activités de vente de billets en ligne à partir d’avril 2015. Son activité et sa croissance sont donc paralysées et l’entreprise n’a le droit de vendre ses billets de loterie que par l’intermédiaire de magasins physiques. 

Forcément, la suspension des activités en ligne et l’utilisation de nouveaux canaux de distribution entraînent des difficultés financières que la société n’arrive pas à juguler. 

En 2017, elle trouve un débouché en rachetant une plateforme de loterie européenne dans le but d’accroître ses revenus à l’étranger. Malgré cet achat, cette entreprise cumulera des pertes nettes pendant ces 5 premières années. La même année, elle acquiert aussi  40 % d’une société – Loto Interactive – cotée en bourse à Hong Kong. 

(NDLR: Ce détail est crucial car c’est par l’intermédiaire de Loto Interactive, que 500.com réalise de fait son entrée dans le secteur des exploitations minières de crypto, plus spécifiquement des fermes de minage dédiées au BTC.)

En effet, cette société Loto Interactive, fait de l’exploitation minière dans le Sichuan depuis mars 2019 grâce à trois infrastructures qu’elle fait construire pour héberger le mining de ses clients. A ses débuts, Loto Interactive faisait ses activités minières discrètement en parlant de ses installations comme des “grands data centers » et en déclarant que ses revenus provenaient principalement des ventes de loterie via des magasins physiques en Chine continentale. 

Ses revenus s’élevaient à 770 000 dollars en 2018 et en 2019, ils explosent à 8,2 millions de dollars, dont 8 millions proviennent des activités des “grands data centers”.  (informations communiquées par Loto Interactive à la bourse de Hong Kong début 2019). En 2020, les revenus de ces 3 “grands data centers” atteignent 36 millions de dollars.

Le 2 décembre 2020, Loto reconnaît publiquement que la quasi-totalité des 20 millions de dollars de revenus générés sur ce dernier trimestre proviennent de l’hébergement d’équipements d’extraction de Bitcoin“.

Quelques jours plus tard, les dirigeants de Loto Interactive déclarent aux investisseurs potentiels que ces trois exploitations minières ont une capacité colossale de 400 mégawatts : “en septembre, la puissance de hashage hébergée dans nos trois centres de données représentait 6,27% du taux de hashage total du réseau Bitcoin » dixit Liu Jibin, l’un des directeurs du Loto Interactive.

Puis Yang Xianfeng, un des directeurs de Loto Interactive est nommé comme PDG chez 500.com, et le tout s’achève sur la société 500.com qui acquiert des parts sociales supplémentaires sur la société Loto Interactive.. 500.com devient son actionnaire de contrôle.. et la boucle est bouclée ! (février 2021)

Mais l’épopée fantastique ne s’arrête pas là..

Après son roadshow international auprès d’investisseurs en Chine et hors de Chine, 500.com a annoncé qu’ils avaient clôturé une levée de fonds de 23 millions de dollars avec des investisseurs privés ayant versé 356,04342 BTC et 11,5 millions de dollars en espèces.

La société a aussi réalisé une autre levée de fonds de 37 millions de dollars auprès d’investisseurs privés destinée à ouvrir les pools de minage aux mineurs de Bitcoin voulant faire leur production personnelle. Le montant levé est de 37 millions de dollars qui seront utilisés pour acheter du matériel. Le but est d’augmenter la puissance de calcul actuelle et atteindre près de 2 000 pétahashes par seconde (PH/s) … Une puissance très importante surtout dans le contexte actuel du mining du BTC, car la puissance de hashage pourrait produire en moyenne environ 10 BTC en 24 heures. 

Pendant ce temps là, la société 500.com achève sa transformation et devient officiellement une société d’extraction de Bitcoin : « Depuis le pivot, l’exploitation minière devient l’activité principale de 500″. Une phrase de Yang Xianfeng, PDG de la société, qui s’offre même le luxe de dire : “En intégrant un écosystème complet du pool, des fermes minières et des entreprises minières, l’objectif est de gagner du bitcoin à des prix moins élevés pour réaliser des profits ».

Pour faire un rapide récapitulatif, la société a donc déclaré de façon quasi-concomitante

  • la réussite de ces deux levées de fonds et leurs montants 
  • des investissements supérieurs à 20 millions de dollars dans les activités minières de BTC
  • l’entrée dans l’industrie de la crypto avec son rachat de BTC.com à Bitmain
  • et le déploiement de tous ces équipements pour le deuxième trimestre 2021.

Avec cette rafale de bonnes nouvelles, la réaction instantanée de la Bourse a été d’investir en masse et de multiplier le cours de ses actions par 10, entre le 17 décembre 2020 et 16 février 2021 pour atteindre son plus haut niveau en moins de six ans !

Que de belles news, mais que viennent donc faire les finances publiques de l’Etat chinois dans toute cette histoire ?

Pour visualiser, il faut revenir en arrière et parler d’autres acteurs : 

Le Tsinghua Unigroup International est la filiale d’investissement de Tsinghua Unigroup, un fabricant chinois de semi-conducteurs dont l’actionnaire majoritaire est la Tsinghua Holdings … la Tsinghua Holdings a été fondée en 2003 avec un capital social de 350 millions de dollars entièrement financé par le gouvernement chinois pour gérer le capital de l’institution publique et ses activités d’investissement. (informations disponibles au registres d’enregistrement des entreprises chinoises, soit par analogie le Greffe du Tribunal de Commerce en France).

En 2015, lorsque les autorités de régulation chinoises prennent des mesures contre les paris sportifs sur Internet, le Tsinghua Unigroup International achète 63,5 millions d’actions de la société 500.com pour plus 123 millions de dollars.

Puis en décembre 2020, la société 500.com, déclare à la SEC (Commission américaine des valeurs mobilières et des changes) que le Tsinghua Unigroup International est bien son principal actionnaire avec 32,59 % d’actions, et que son directeur et président du conseil d’administration est Monsieur Shengwu Wu depuis le 30 décembre 2019 (après avoir occupé le poste de vice-président exécutif mondial de Tsinghua Unigroup).

Pour faire court et simpliste :

  • Tsinghua Unigroup est un fabricant chinois de semi-conducteurs
  • Tsinghua Holdings a été fondée et financée par le gouvernement chinois pour gérer le capital de l’institution publique et ses activités d’investissement
  • Tsinghua Unigroup achète 63,5 millions d’actions de la société 500.com

Comme des petites poupées chinoises qui s’emboîtent les unes dans les autres, on arrive donc à : la société 500.com – une plateforme de vente de paris sportifs online – a comme principal actionnaire le fabricant chinois de puces semi-conductrices Tsinghua Unigroup, dont l’actionnaire majoritaire lui-même est une entreprise d’État, la Tsinghua Holdings.

Et voila, c’est le serpent qui se mord la queue ou c’est la boucle qui est bouclée, mais en tout cas ça explique pourquoi le milieu des finances centralisées et décentralisées ose dire à voix haute, que l’Etat Chinois soutient le mining de BTC, même s’il n’est impliqué qu’indirectement.

Quelle révolution pour ce pays, dont les membres du gouvernement ne cessent de poser des actions contradictoires et ambiguës avec la crypto, laisse quand même perplexe sur les tenants et les aboutissants de cette histoire dont les pièces de puzzle paraissaient tellement sans lien. Tout du moins au 1er regard.

2 mots sur le Sichuan, la plus grande région d’hébergement des pools d’extraction de crypto

Toutes les installations étaient situées dans la province chinoise du Sichuan, qui est considérée comme le centre mondial de l’exploitation du Bitcoin en raison de ses abondantes ressources hydroélectriques. Ces ressources naturelles étaient transformées en électricité dont le prix du kilowatt rendait l’exploitation des pools rentables, grâce à ces factures électriques nettement moins élevées. 

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *