Deux rabbins veulent créer des rouleaux de Torah numérique avec les NFTs

Après le monde du sport, les NFTs s’invitent dans le domaine de la spiritualité. En effet, Mordechai Lightstone et Jonathan Caras ont décidé de vendre des œuvres d’art NFT afin de récolter des fonds pour créer des rouleaux de Torah physiques. Ces objets seront par la suite envoyés aux communautés juives.

The Hebrew handwritten Torah scroll, on a synagogue alter, illustrating Jewish holidays, during fests. Closed version

Un projet spirituel pour la communauté juive

Avec les années, les NFTs ont conquis plusieurs domaines : cinéma, sport, jeux, mode, produits de consommation, hip-hop, etc. À présent, c’est dans le milieu de la spiritualité qu’ils font une incursion. Deux rabbins férus de technologie deviennent les précurseurs de cette nouvelle ère. Jonathan Caras (Jérusalem) et Mordechai Lightstone (Brooklyn) envisagent de transformer la Torah en NFT. Le projet a pour nom ‘’NFTorah’’.

’NFTorah’’ a commencé par la création d’une série d’œuvres d’art commandées. Chaque œuvre représente une partie ou un chapitre du texte sacré juif et est mise en vente sur OpenSea depuis le début du mois de juillet. La prochaine phase du projet consiste à créer des NFTs relatifs à des lettres individuelles d’un rouleau de la Torah écrit à la main.

Dans le judaïsme, posséder un rouleau de la Torah est considéré comme une bonne action, une mitzvah. Depuis des années, plusieurs programmes ont été créés dans l’objectif d’inciter les juifs religieux à s’offrir au moins une lettre de la Torah physique. M. Caras et M. Lightstone ont décidé de reconstruire le concept en le rendant numérique.

« En achetant une seule lettre d’une Torah, techniquement parlant, la lettre que vous possédez complète le rouleau entier », explique Lightstone. « Par conséquent, vous avez maintenant accompli le commandement d’en posséder un. Nous avons donc voulu transposer cette idée dans l’espace NFT. J’aime à dire que nous sommes le premier projet NFT qui touche les choses au niveau numérique, physique et spirituel ».

Des réticences et des opposants

À quoi serviront les fonds récoltés suite à la vente des œuvres NFT ? D’après les informations officielles, ils seront utilisés pour financier la création de deux rouleaux de la Torah. Ceux-ci seront ensuite offerts à Arugot Farm, une communauté juive vivant dans le désert en Israël. Une partie des fonds sera également reversée à Tech Tribe, une communauté de juifs technophiles de New York. Finalement, avec leur projet, M. Caras et M. Lightstone espèrent financer 18 rouleaux de la Torah.

Concilier le monde de la cryptomonnaie avec le monde spirituel n’est pas perçu d’un bon œil par toute la communauté juive. Les conservateurs se montrent réticents à cette idée. Mais du point de vue des initiateurs du projet, « il n’y a pas de technologie qui ne soit pas directement applicable d’une manière ou d’une autre au judaïsme ».

Les médias aussi ne portent pas le projet dans leur cœur. En effet, la majorité considère que les NFTs sont une mode passagère qui est en train de mourir. Même dans la famille de M. Caras, tout le monde n’adhère pas à sa vision. D’après ses confidences, son frère « ne croit pas à l’utilité des registres distribués en dehors de Bitcoin (BTC). Cela inclut les NFTs ».

Mordechai Lightstone et Jonathan Caras souhaitent donner une nouvelle orientation aux jetons non fongibles (NFT). Ils veulent l’utiliser dans le monde spirituel en créant des rouleaux de Torah numérique qui seront ensuite commercialisés. Le projet est innovant, mais il ne reçoit pas encore l’approbation de tout le monde.

Plus d’actions

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *