CAC 40 : En route pour un septième mois de hausse consécutive ?

A 6 688 points à l’heure ou nous écrivons ces lignes, l’indice CAC 40 pourrait clôturer son septième mois consécutif de hausse. Du jamais vu depuis mars 2005. Si la hausse se trouve largement fragilisée par la semaine baissière à la mi-août, conséquence des déclarations de la banque centrale américaine (FED) et des inquiétudes sur la demande asiatique, l’indice français de référence devrait pouvoir tenir sur la séance en cours. Pour y parvenir, il ne devra pas perdre plus de 0,3 %.

Retour sur le mois agité du CAC

Pendant longtemps, les marchés ont cru possible le dépassement du plus haut niveau historique de l’indice. Un niveau de 6 944 enregistré en séance en septembre 2000. Malheureusement, le CAC 40 n’aura pas réussi à casser cette barre en se contentant de clôturer au plus haut, le 13 août à 6 896 points. Un pic qui marquera alors la fin de la forte hausse entamée depuis le 19 juillet.

Avec comme principales explications à cette hausse, la publication d’excellents résultats des entreprises composants l’indice. A commencer par les entreprises du luxe comme Kering ou encore LVMH. Des résultats jugés aussi excellents pour des entreprises non-membres du CAC 40.

Mais d’autres indicateurs ont également constitués des variables explicatives aux mouvements du CAC 40. A commencer par l’évolution de la situation sanitaire. La politique vaccinale et les avancées rapides en la matière ont servi de catalyseur au CAC 40. Lui permettant de s’exprimer à la hausse pendant de longues semaines.

Le graphique suivant reprend l’évolution de l’indice CAC 40 depuis le début du mois de juillet.

Si la phase haussière est particulièrement visible, la forte chute de la mi-août est peut être l’élément le plus visuel graphiquement. Avec comme explication principale les fameuses minutes de la Fed du 19 août 2021. Une intervention de la banque centrale américaine qui laissait alors suggérer à une réduction des achats d’actifs d’ici la fin de l’année.

Si les entreprises du luxe ont porté l’indice, elles ont aussi contribué à le plomber en milieu de mois. En cause ? Les fortes inquiétudes sur la demande chinoise, l’un des marchés les plus importants pour les entreprises du secteur. Sur le mois, l’action LVMH perd alors plus de 8 % quand Kering dévisse de plus de 12 %.

Quelques indicateurs à surveiller

Pour valider définitivement ce septième mois de hausse consécutive pour l’indice français, il faudra rester attentif à la publication de certains indicateurs. A commencer par les chiffres de l’inflation de la zone euro. Une publication qui pourrait alors relancer le débat sur la politique monétaire de la banque centrale européenne. Des chiffres d’autant plus attendus que l’Allemagne a récemment fait l’annonce d’une hausse des prix sur son territoire. Les projections des économistes tablent sur une inflation de 2,7 % en août sur une année, pour l’ensemble de la zone euro. De tels chiffres constitueraient un plus haut niveau depuis près de 10 ans.

Bon à savoir : Dans les statuts de la BCE, la lutte contre l’inflation est un des principes qui régit l’organe. Avec la volonté de maintenir un niveau annuel moyen sous la barre des 2 %. En cas de niveaux plus élevés, la banque a d’ores et déjà fait savoir qu’elle n’agirait pas à ce choc inflationniste qui est, selon elle, le résultat d’un rattrapage post-pandémie.

D’autres indicateurs comme l’évolution du taux d’emploi outre Rhin ou encore la publication de l’indice de confiance des ménages aux Etats-Unis pourraient aussi avoir leur mot à dire sur les bourses du monde entier. Ce dernier indicateur pourrait par ailleurs se trouver fragiliser par la nouvelle vague de contamination au variant Delta qui frappe actuellement le pays de l’oncle Sam.

D’autres données, publiées dans l’après midi pourraient aussi jouer un rôle sur la validation de la hausse du CAC sur ce mois d’août. A commencer par l’évolution du prix des maisons aux Etats Unis ou encore l’indice PMI de Chicago. Un indice de l’activité manufacturière qui devrait s’afficher en forte baisse avec un consensus affiché de – 5,4 points pour atteindre les 58 points.

Cependant, les marchés semblent se focaliser essentiellement sur d’autres indicateurs jugés encore plus centraux. Comme la publication des chiffres de l’emploi américain par le Bureau of Labor Statistics. Une publication qui devrait intervenir vendredi et qui pourrait faire évoluer le CAC 40.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *