BlueCo : le token CBD qui vous rend zen fondé par Jean-Marie Santander

BlueCo, c’est l’incroyable projet imaginé par Faracha Equities et son meneur de troupes, j’ai nommé Jean-Marie Santander, bien connu dans le milieu des levées de fonds, pour concilier investissement et cannabis thérapeutique. Oui, ils l’ont fait ! Vous n’êtes pas sans savoir le développement sans précédent ces derniers mois du CBD, ce complément alimentaire 100% légal qui devient le compagnon antistress de beaucoup de nos concitoyens. C’est dans cette dynamique, et convaincu du bien fondé des ICO qui sont une manière alternative de lever des fonds, que le fond lance une ICO afin de financer une ferme de culture du cannabis thérapeutique au Portugal et deux fermes de culture de la spiruline à Avignon et dans la région de Porto.

On regarde ensemble les caractéristiques de cette pre-sales par comme les autres.

Avertissement Cet article vous est présenté par la société Blueco. Les investissements crypto sont risqués par nature, faites vos propres recherches et n’investissez que dans les limites de vos capacités financières. Cet article ne constitue pas une incitation à l’investissement

Tout d’abord, et vous ne verrez pas souvent telle description chez Cointribune, revenons sur la substantifique moelle de ce projet : le CBD ou Cannabis thérapeutique.

En arrivant sur le site du projet BlueCo, on apprécie le slogan qui clame comme une nouvelle ode à la plénitude : “Saisissez l’opportunité unique d’investir dans le marché “florissant” du cannabis thérapeutique et de la spiruline”. En effet, pour être unique elle l’est, cette ICO nous permet de faire un rapide zoom sur le CBD, cette substance très à la mode depuis des mois, notamment depuis qu’elle a été légalisée et que les fonds de commerce qui la distribuent fleurissent dans l’ensemble des villes françaises.

Le cannabidiol possède des vertus thérapeutiques et cela fait des années qu’à travers le monde, notamment au Canada, la société civile s’en sert dans le traitement de certaines pathologies physiques ou mentales. Possédant des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires, le CBD permettrait également de lutter contre l’anxiété et la dépression. Parmi les maladies qu’il aiderait à traiter on retrouve la schizophrénie ou encore la sclérose en plaque, qui sont particulièrement handicapantes au quotidien pour les patients qui en sont atteints. La recherche dans ce domaine est plutôt récente mais les résultats se multiplient et de plus en plus d’organismes s’en préoccupent. 

A tel point que l’ANSM a lancé l’an dernier avec le ministère de la Santé une grande étude sur la légalisation du cannabis thérapeutique en France, notamment à travers un screening des principaux fournisseurs agréés et l’encadrement des pratiques autour de cette substance. 

Par ailleurs, et on comprend là tout l’intérêt d’une ICO en la matière, la croissance du marché de CBD thérapeutique est estimée à plus de 22,9% par an d’ici à 2030, je vous laisse imaginer la manne financière derrière. Le Groupe IMARC – Medical Cannabis Markets estime d’ailleurs que plus de 1,2 milliards de personnes l’utiliseront en 2030.

Quant à la spiruline, l’autre pan du projet de notre magna de la finance, elle est issue des algues est très riche en Vitamine E, tout comme la phycocyanine, toutes deux des antioxydants très puissants.

Spiruline

Bref, impulsé par le green-businessman Jean-Marie Santander, le projet d’ICO vise ainsi à financer 3 éco-fermes de cannabis, associées à des centrales photovoltaïques dans une logique d’autoconsommation. En outre, la production sera réalisée selon l’éco-extraction (schéma ci-dessous) pour répondre aux enjeux environnementaux qui sont nombreux)

Eco Extraction

Le tout ayant pour objectif de produire, in fine, 3 nouveaux compléments alimentaires premium et ayant la touche green tech unique sur le marché.

Le projet est actuellement en phase de pre-sales sur French-ICO avec l’objectif d’atteindre les plafonds estimés au bout des 2 phases à hauteur de 2500 ETH soit 5 millions d’euros.

En clair, la roadmap du projet devrait se tenir sur 5 mois de Juillet à Décembre avec une première phase de pre-sales jusqu’au 15 octobre pour un prix du token BLC à 0,83€, puis une deuxième phase ouverte au public pour un prix de 0,91€ jusqu’en novembre.

Enfin, jusqu’au 15 décembre, se tiendra la phase principale pour un prix de 1€.

Actuellement 1 millions de BLC ont été pré-minés avant l’ICO.

500 000 BLC permettront de distribuer des primes aux collaborateurs et aux partenaires à l’exclusion du président de Faracha Equities. Afin d’éviter un impact négatif sur le cours du BLC, la revente de ses jetons sur les marchés secondaires ne pourra se faire qu’au « fil de l’eau ». 500 000 BLC permettront de réguler le cours sur les marchés secondaires et à constituer le pool de liquidité sur Uniswap.

BlueCo : quand CBD et rentabilité s’alignent 

du CBD

Le projet de Jean-Marie, c’est avant tout un projet ambitieux au service du green-business, le tout permis grâce à la blockchain et notamment la tokenisation. L’ICO en cours devrait lui permettre de mener à bien deux projets majeurs : 

  • La culture du cannabis thérapeutique, associé à un laboratoire d’éco-extraction et à une centrale photovoltaïque
  • L’extraction éco-responsable de la phycocyanine à partir d’une spiruline cultivée par la société FARACHA EQUITIES à Avignon en France et à Fafe au Portugal.

L’entreprise Faracha Equities, au Capital de 4 019 600 € située à Avignon et Fafe (Portugal) opère déjà dans l’industrie du complément alimentaire, de la santé et des énergies renouvelables. 

Avec ce token, les souscripteurs à l’ICO détiendront des tokens BLC et pourront ainsi acquérir en priorité et à des tarifs défiant toute concurrence l’ensemble des produits fabriqués et commercialisés par Faracha Equities. On parle ici de CBD thérapeutique certifié GMP (Good manufacturing practice), de phycocyanine, et demain d’autres produits éco-extraits ou enrichis de cannabis et de spiruline. La société FARACHA EQUITIES envisage par ailleurs d’utiliser les fonds collectés pour financer tout ou partie de ses projets (R&D, études préliminaires, plans d’exécution, construction, culture et éco-extraction). 

Parmi les avantages promis aux détenteurs de jetons BLC on retrouve des éléments particulièrement alléchants pour les adeptes du CBD : 

  • Club VIP BLC Premium : tout porteur de BLC appartiendra à ce club fermé,et pourra bénéficier d’avantages variés selon que son statut est Gold, Silver ou Platinium
  • Cashback : selon le statut, le détenteur de jetons BLC pourra bénéficier d’un cashback d’un pourcentage égal à 2 ou 3%
  • Nouveautés en avant-première : une communication prioritaire sera faite aux détenteurs de jetons BLC ainsi qu’une hotline VIP
  • Des réductions sur tous les produits mais aussi des conseils personnalisés 

D’autres projets innovants sont prévus et la cellule de R&D servira à continuer de proposer des produits avant-gardistes.

Concernant plus particulièrement le BLC : il s’agit d’un token de type ERC20, c’est-à-dire qu’il est émis sur la blockchain Ethereum. Les BLC pourront s’échanger sur l’exchange décentralisé UNISWAP contre de l’ETH ou tous autres ERC20. Le pool sera initialisé de manière à ce que le prix du jeton soit égal à son nominal soit 0,0005ETH. Dès la fin de l’ICO les jetons BLC pourront s’échanger sur l’exchange décentralisé UNISWAP. 

On n’en sait pas plus sur les utilisations à venir qui pourraient être faites du token mais en tout cas, l’idée de faire une ICO sur un projet aussi original nous donne envie de suivre de près le projet.

Un habitué des levées de fond à l’origine du projet BlueCo 

Homme

S’il y a un détail qui ne nous a pas échappé, entre autres, c’est le fondateur et la personne à l’initiative de cette ICO. On parle là d’un nom bien connu dans le monde de la finance mais aussi des énergies renouvelables, désormais reconverti en “dealer de CBD” sous forme de token. 

Ingénieur en électrotechnique de formation, Jean-Marie est passé par la construction et la promotion de villas, puis les énergies renouvelables. Il fonde d’abord Theolia, la première entreprise européenne exclusivement orientée énergies renouvelables qui aura une capitalisation boursière d’un milliard. Puis, il fonde Global EcoPower en 2008 qu’il arrive à propulser à des sommets notamment après le rachat de T-Solar dans le domaine des centrales solaires.

Mais ce qui est moins médiatisé est son historique d’investisseur, fin connaisseur des bons coups à jouer. L’électricité verte, c’est ce qui lui aura permis d’écrire l’histoire de 3 générations de Santander et de figurer parmi les plus grands visionnaires de l’histoire de l’économie moderne. En effet, quand on voit aujourd’hui le poids qu’a pris la greentech dans l’économie, on se dit qu’il fallait y croire il y a 20 ans pour se lancer là-dedans.

Enfin, Ecosynia est créé par le magnat du green business en 2020 à Aix-en-Provence et se spécialise dans l’exploitation de la spiruline et de la phycocyanine. Au sein de cette entreprise pas comme les autres, Jean-Marie instaure que le droit de vote peut être exercé par tout associé. Le directeur général de la structure n’étant autre que son fils, Grégory Santander, lui aussi partie prenante de l’ICO en cours. 

Cette success story de visionnaire et d’investisseur dans un secteur de niche comme l’énergie verte et l’écologie, et notamment le CBD montre combien la blockchain, via les ICO, peut être ouverte à tout le monde. 

En bref, le projet BlueCo est un projet pour le moins original que l’on va suivre de près chez Cointribune. Mêler CBD et token, il fallait y penser, ils l’ont fait !

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *