Blanchiment d’argent au Brésil : La police fait la guerre aux gangs

Les autorités brésiliennes ont décidé de se mettre en guerre contre les personnes qui s’adonnent au blanchiment d’argent. À cet effet, elles ont lancé l’opération Exchange. Dans le cadre de cette opération, elles menent une enquête sur les échanges de cryptomonnaies locales qui ont permis aux criminels de blanchir de l’argent.

bitcoins on Brazil flag background

Les criminels collaborent avec les bourses de cryptomonnaies

À l’heure actuelle, dans le cadre de la vaste opération de lutte contre le blanchiment d’argent, la police brésilienne a déjà saisi environ 33 millions $. Les médias du pays rapportent que selon les informations de la police, six mandats de perquisition ont été lancés dans la municipalité de Diadema à Sao Paulo et dans la capitale.

L’enquête est toujours en cours, mais la police annonce déjà que plusieurs bourses de cryptomonnaies sont dans son viseur. En effet, elles auraient aidé des gangs à réussir leur opération de blanchiment d’argent.

Afin de réussir leur coup, les bandits ont créé 17 sociétés fictives, dont ils nourrissaient l’activité grâce aux bourses de cryptomonnaies. Une fois l’argent devenu ‘’propre’’, les criminels se chargent d’envoyer les fonds sur des comptes offshore.

Selon un rapport de la police brésilienne, en 5 mois, une bourse de cryptomonnaies – son nom n’a pas été dévoilé – a blanchi l’équivalent de 1,93 million $ émis par 6 sociétés fictives. 8 autres sociétés ont reçu plus de 2,9 millions $ en cryptomonnaies.

Opération Daemon et arrestation du ‘’Roi du Bitcoin (BTC)’’

Bien qu’elle indexe les bourses de cryptomonnaies dans ses rapports, la police brésilienne tente de relativiser la situation. Selon elle, ces dernières n’étaient pas informées que les sociétés étaient fictives. Elles n’auraient pas mené les investigations nécessaires pour s’assurer de l’origine fiable des fonds.

En attendant plus d’éclaircissements sur ce dossier qui agite les esprits au Brésil, les tribunaux ont saisi les actifs des fausses entreprises et de deux personnes liées à l’enquête.

Soulignons qu’en début du mois, dans le cadre de l’opération Daemon, la police brésilienne avait arrêté Cláudio Oliveira – surnommé le Roi du Bitcoin (BTC) – qui dirigeait les activités de Banco Group, une société de dépôt qui promettait une rentabilité extraordinaire à tous ses clients qui lui confiaient leurs fonds. Cependant, la société a avancé avoir perdu près de 7 000 BTC à la fin de 2019, ce qui la rendrait incapable de rembourser ses clients. La police pense toutefois que cela fait partie de la stratégie des arnaqueurs.

Si l’opération Daemon n’a connu son épilogue que trois ans après avoir démarré, l’opération Exchange, elle, pourrait nécessiter un temps plus important compte tenu de l’ampleur du phénomène de blanchiment d’argent. Quoi qu’il en soit, la police se dit prête à aller jusqu’au bout.

Les autorités brésiliennes souhaitent bouter hors des frontières du pays toutes les personnes qui font du blanchiment d’argent. Pour cela, elles font la guerre aux gangs, dont l’activité les pousse à collaborer avec des bourses de cryptomonnaies. L’opération de la police a pour nom de code ‘’Exchange’’ et pourrait s’étendre sur plusieurs mois puisque le blanchiment d’argent est encore très courant au Brésil selon plusieurs rapports.

Plus d’actions

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *