BlackRock cherche à diversifier sa stratégie en y intégrant la blockchain

C’est par l’intermédiaire d’une offre d’emploi que le géant de la finance a révélé ses ambitions en matière de blockchain. 

BlackRock cherche un Lead ingénieur spécialisé dans la blockchain

BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde avec près de 9000 milliards de dollars de capitaux sous gestion, cherche à recruter un Directeur/Lead ingénieur spécialisé dans la blockchain. Parmi les missions qui lui seront confiées, celle de développer une stratégie axée sur la blockchain pour la plateforme Aladdin figure en tête de liste.

Aladdin (pour “Asset, Liability, Debt and Derivative Investment Network”) constitue le “joyau de la couronne” de BlackRock selon Matthew Hougan, responsable de la stratégie d’investissement de la société dirigée par Larry Fink. Il s’agit d’une plateforme technologique développée pour la gestion des investissements et des opérations financières, capable de combiner des analyses de risque sophistiquées avec des outils de gestion de portefeuille. Elle est principalement utilisée en interne et par quelque 250 banques privées.

Intégrer la blockchain à Aladdin afin de mieux appréhender la tokenisation

Le futur Directeur/Lead ingénieur aura donc pour mission d’intégrer la blockchain à la plateforme Aladdin. L’offre d’emploi laisse entendre que BlackRock est ouverte à l’étude des différents protocoles, avec toutefois un intérêt marqué pour la blockchain privée.

La société NewYorkaise cherche par là à mieux appréhender la tokenisation. Matthew Hougan y voit la prise de conscience « que c’est finalement devenu trop gros (la tokenisation, ndlr) pour être ignoré par les plus grandes institutions du monde financier traditionnel ».

Ce n’est pas la première société spécialisée dans la finance qui s’intéresse à la blockchain. JP Morgan, par exemple, a construit le protocole Quorum basé sur Etherum, avec l’émission des tokens JPM Coin et Liink. Là encore, il s’agit de blockchain privée où seules des entreprises approuvées, notamment des banques, sont autorisées à évoluer. Exit donc les cryptomonnaies publiques, bien connues de la cryptosphère, comme Bitcoin (BTC). Il s’agira davantage d’actifs traditionnels comme l’immobilier ou l’or qui seront alors tokenisés.

De l’autre côté de l’Atlantique, on trouve l’adoption de la blockhain à la Société Générale, et plus particulièrement au sein de sa filiale Forge. C’est ainsi que le 15 avril 2021, elle a émis son premier « Security token » sur la blockchain publique Tezos. L’aboutissement d’un projet dont nous vous parlions en septembre 2020.

Les crypto-enthousiastes ne cessent de le clamer depuis le départ : la blockchain est l’avenir. Cette nouvelle adoption semble venir leur donner un peu plus raison ! Que BlackRock s’apprête à passer le cap ne devrait pas manquer de susciter d’autres vocations.

Plus d’actions

Si les « Smart contracts », le « proof-of-work », la « Defi » ou les « pools de liquidités » constituent pour vous de nébuleux concepts, c’est ici que j’interviens. Et s’ils vous paraissent familiers, j’ai également ma carte à jouer !

Crypto-enthousiaste de la première heure, j’étudie avec intérêt les avancées des technologies liées à la blockchain. Mon leitmotiv ? Transmettre au lecteur, avec la même passion que celle qui m’habite, les news de ce secteur florissant !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *