BitMEX : Arthur Hayes et Ben Delo négocient leur reddition

La cryptosphère créera-t-elle vraiment un nouveau système monétaire et financier, où est-elle obligée dans les faits de satisfaire les exigences des tenants actuels du pouvoir ? Les cadres de BitMEX négocient leur reddition auprès de la justice américaine. 

justice

Un exchange crypto tombe

L’ancien CEO de BitMEXArthur Hayes, négocie sa reddition avec les autorités US. Hayes prévoit de se rendre en avril 2021, suite aux accusations portées par les autorités américaines au mois d’octobre 2020, contre 4 des dirigeants et copropriétaires de BitMEX

La transcription d’une téléconférence du tribunal datée du 16 février 2021, indique que Hayes se rendra aux Etats-Unis, à Hawaï, le 6 avril 2020. 

Hayes et les autres cadres de BitMex sont accusés par le département de la Justice et la CFTC d’avoir violé le Bank Secrecy Act. 

Hayes a négocié sa reddition volontaire avec l’assistante du procureur, Jessica GreenWood. Il se trouve actuellement à Singapour.

Hayes veut comparaître devant le juge, en présentiel ou à distance, sur le territoire US, tout en continuant de résider à l’étranger en dehors des séances. 

L’autre copropriétaire de BitMEXBen Delo, a l’intention de se rendre à New York d’ici fin février 2021. 

Greg Dwyer a quant à lui refusé de se rendre. Les autorités ont entamé une procédure d’extradition pour le ramener des Bermudes

Les 3 autres accusés discutent encore des démarches de leur éventuelle reddition. Ils veulent savoir “quand et comment ils vont comparaître”, selon GreenWood.  Abonnez-vous gratuitementRejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaiesemail *Valider

Les débuts du cauchemar

BitMEX avait été accusé par la CFTC de défaut d’enregistrement auprès de la Commission, d’absence de procédure KYC et de dispositif anti-AML

BitMEX proposait des services de trading d’une valeur de 1 000 milliards de dollars à des clients US depuis sa création en 2014. 

Le prix du Bitcoin (BTC) avait chuté de 4% suite à l’annonce de la CFTC de poursuivre BitMEX. Les 4 accusés risquent une peine d’emprisonnement, au-delà des sanctions qui pourraient être prononcées lors du procès au civil. 

Réguler ou libérer, juger ou aider, défendre ou responsabiliser : la cryptosphère devra à un moment donné faire un choix radical. La 1ère option serait de créer un nouveau système dans la continuité de l’actuel. La 2nde serait de rompre avec les pratiques actuelles dont les règles bénéficient surtout à un nombre limité de personnes. Le procès contre BitMEX peut être interprété comme un procès contre les initiatives cryptos voulant s’émanciper du cadre règlementaire existant. Acquitté ou condamné : Hayes et ses collègues ne sont pas les seuls sur le banc des accusés. 

Plus d’actions

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *