Bitcoin de nouveau chahuté passe sous les 33.000 dollars

La volatilité devrait rester sous pression jusqu’en août, prévient QCP Capital. Et les perspectives de régulation tirent à la baisse le cours des cryptomonnaies, dont Bitcoin.

Si différents indicateurs sont au vert pour Bitcoin, dont la chute du nombre de BTC sur les exchanges, la volatilité ne disparaît pas pour autant. Le cours de la première des cryptomonnaies encaisse même une nouvelle baisse.

Le prix du Bitcoin repasse en effet sous les 33.000 dollars. Il pourrait se stabiliser aux environs des 30.000 dollars. Pour QCP Capital, cité par CoinDesk, le marché manque de signe majeur susceptible de relancer la hausse.

Bitcoin en mal d’actualités fortes et positives

L’entreprise pointe l’absence d’un « véritable catalyseur ou d’événements qui font bouger le marché en ce moment ». La conséquence, c’est une « volatilité [qui] reste sous pression jusqu’à la mi [à] fin août. »

Autre résultat d’un marché atone marqué par une faible actualité, toute information peut tirer rapidement, à la hausse comme à la baisse, le cours du Bitcoin et des altcoins. C’est ce que ne manque pas de souligner Chris Dick de B2C2.

« Avec le BTC, nous avons vu certains fonds spéculer sur le fait que le manque de narration combiné à des niveaux de liquidité plus faibles sur les exchanges pourrait conduire à une explosion des prix si une manchette positive devait se produire. »

C’est justement ce qui vient de se produire, mais dans un sens inverse, avec des perspectives négatives au contraire. Comme souvent sur un marché peu ou pas régulé, l’hypothèse d’une nouvelle réglementation tire les actifs à la baisse.

Appels à la régulation en Europe et aux US

Selon Reuters, l’Europe envisage en effet de créer une nouvelle autorité pour renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent. Et sa création pourrait s’accompagner de nouvelles règles pour les acteurs crypto.

Ces derniers auraient ainsi obligation de collecter et de rendre accessibles les données concernant les donneurs et les bénéficiaires de transferts en crypto-actifs. Cette pression réglementaire est accueillie défavorablement.

Aux États-Unis, la SEC, le régulateur de la bourse, est mise en demeure par une sénatrice influente, Elizabeth Warren. L’élue demande à l’autorité de définir son périmètre d’intervention à l’égard de la crypto.

Au-delà, elle souhaite que la SEC fasse preuve de plus d’interventionnisme. « Ces lacunes réglementaires mettent en danger les consommateurs et les investisseurs et sapent la sécurité de nos marchés financiers. La SEC doit utiliser toute son autorité pour faire face à ces risques. Et le Congrès doit également intervenir pour combler ces lacunes réglementaires. »

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *