Bitcoin (BTC) souffle un vent de liberté, bientôt une monnaie numérique nationale au Nigéria ?

Un lycée de Chiranchi, dans la banlieue de Kano (2eme ville du Nigéria par sa population), a annoncé qu’il accepterait le paiement des frais de scolarité en cryptomonnaies. Ceci dans un contexte où la Banque Centrale du Nigéria se montre à la fois défiante vis-à-vis des cryptos mais prompte à adopter une devise numérique nationale.

“Le Nigeria aurait sa propre monnaie numérique d’ici décembre”

Depuis jeudi 24 juin, Sabi’u Musa Haruna est devenu le centre de l’attention au Nigéria. La raison ? Ce directeur de la New Oxford Science Academy, un lycée de la banlieue de Kano, a annoncé que son institution s’apprêtait à accepter le paiement des frais de scolarité en cryptomonnaies.

Une décision prise pour « faciliter la vie des parents » selon celui qui est à la tête de l’établissement depuis 2017. « Nous avons décidé d’accepter les cryptomonnaies pour les frais de scolarité car le monde d’aujourd’hui penche vers ce système » a déclaré Haruna, avant d’ajouter « que le Nigeria aurait sa propre monnaie digitale d’ici décembre ». Et qu’il lui paraissait donc légitime de prendre de l’avance sur le processus.

En effet, selon TechCentral, la Banque Centrale du Nigéria (CBN) prépare un projet pilote de monnaie numérique qui pourrait être lancée dès la fin de l’année.

Rakiya Mohammed, à la tête de l’IT à la CBN, a déclaré au média Sud-Africain qu’un tel projet était « en développement depuis deux ans et que des annonces allaient probablement être faites dans les semaines à venir ». Avant d’ajouter « Nous savons tous qu’environ 80% des banques centrales dans le monde étudient la possibilité d’émettre une monnaie numérique et le Nigéria ne peut rester à la traîne ».

En février, la même CBN avait sévi quant à l’usage des cryptomonnaies, rappelant que l’utilisation des devises virtuelles était prohibée et interdisant aux institutions financières du pays de fournir des services d’échanges de cryptomonnaies. Avec à la clé pour celles qui brandiraient l’interdit des sanctions réglementaires sévères. 

L’avenir nous dira si l’annonce de Sabi’u Musa Haruna était téméraire ou visionnaire. En attendant, il n’est pas vain de rappeler l’appétence du peuple Nigérian pour les cryptomonnaies. Il suffit de se rendre sur Google Trend et de constater que le Nigéria figure en première place des recherches sur le BTC, devant l’Autriche et la Turquie. Des estimations avancent que le pays figure dans le top 10 de ceux ayant un volume d’échange élevé, derrière les Etats-Unis et la Russie.

Plus d’actions

Si les « Smart contracts », le « proof-of-work », la « Defi » ou les « pools de liquidités » constituent pour vous de nébuleux concepts, c’est ici que j’interviens. Et s’ils vous paraissent familiers, j’ai également ma carte à jouer !

Crypto-enthousiaste de la première heure, j’étudie avec intérêt les avancées des technologies liées à la blockchain. Mon leitmotiv ? Transmettre au lecteur, avec la même passion que celle qui m’habite, les news de ce secteur florissant !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *