Bitcoin (BTC) respire après un weekend de FUD

Acheter la rumeur, vendre la nouvelle

Ce proverbe est bien connu des traders. Ces derniers ont acheté avant l’entrée en bourse supposée fracassante de Coinbase pour finalement vendre le jour J. L’impact s’est propagé au bitcoin qui a commencé à s’alourdir peu après.

L’interdiction des paiements en bitcoin en Turquie a également jeté un froid. Après avoir remercié son quatrième banquier central, le calife a probablement vu dans le BTC un autre bouc émissaire sur qui blâmer l’inflation hors de contrôle (16 % annuel). Malheureusement pour le turc, le bitcoin ce n’est pas à cause du bitcoin que la lire a perdu 86 % de sa valeur depuis 2008, dont 55 % au cours des trois dernières années…

S’est ensuite ajoutée une rumeur voulant que le Trésor US serait sur le point de « poursuivre plusieurs organisations financières pour blanchiment d’argent via le bitcoin ». Pure FUD sans fondement.

Fox News a toutefois jeté de l’huile sur le feu ce lundi en relayant des sources anonymes chuchotant que l’administration Biden en serait aux premiers stades de l’élaboration d’une réglementation des crypto-monnaies. Comme si le Bitcoin n’était pas déjà réglementé…

Enfin, la forte baisse du hashrate a également participé à la tremblote. Il n’en fallait pas plus pour que le vieux serpent de mer du parti communiste contrôlant la majorité du mining refasse surface. Sauf qu’après coup, il apparaît que les mineurs Chinois contrôlent en réalité moins de 40 % du hashrate du bitcoin.

Bref, du FUD. Le bitcoin est volatil et ne monte pas en ligne droite. Nous vivons un “drawndown” quasiment tous les mois. Voici pour les plus récents:

-18% en mars
-26% en Février
-31% en Janvier
-17% en Novembre

La FED et le Dollar

Parallèlement à ce FUD ne cassant pas trois pattes à un canard, le dollar index est retombé au plus bas depuis un mois. Le billet vert a même repris sa baisse face à la monnaie chinoise. Probablement parce que Jerome Powell a martelé la semaine passée que les taux ne seront pas relevés avant 2024.

Dit autrement, la FED a l’intention de laisser filer l’inflation. Les prix des matières premières, mesurés par le Bloomberg Global Commodity Index, ont déjà augmenté de 40% depuis avril 2020… Certes, les prix avaient plongé à cause de la pandémie, mais nous sommes tout de même 10 % au-dessus du niveau qui prévalait juste avant.

Le prix du maïs a explosé de plus de 50 % par rapport à son niveau d’avant pandémie. +60 % pour les graines de Soja. +50 % pour le cuivre (+5 % pour l’or…), etc. Cette inflation est de très bon augure pour le bitcoin.

Le pic pétrolier ayant emporté avec lui les espoirs de croissance, il ne reste plus que l’inflation pour effacer la dette. Il n’y a pas de miracles… Voyez cette preuve historique que les choses peuvent rapidement dégénérer :

TIME MAG
+50 % en un an

En parlant de la Federal Reserve, notons que le gouverneur de la FED de Dallas, Robert Kaplan, a déclaré « qu’il est désormais clair que le bitcoin est une réserve de valeur, contrairement aux CBDC ». S’il en fallait plus pour ceux qui craignent toujours que le BTC finisse par être interdit.

Soit dit en passant, 88 % des banques centrales travaillent sur un CBDC. Mais d’après Morgan Stanley, ces « CBDC ne sont pas une menace pour le bitcoin »…

La banque centrale chinoise adoube le bitcoin

À l’occasion du Forum de BAOA, le Davos asiatique, Li Bo a déclaré que le bitcoin est un « investissement alternatif ». Le sous-gouverneur de la banque populaire de Chine (PBoC) a toutefois précisé ne pas considérer le bitcoin comme une monnaie, d’où, peut-être, le faible impact sur la paire BTC/USD.

Pourtant, cet artifice sémantique a peu d’importance. Les gouvernements peuvent bien l’appeler un « actif », une « commodity » ou une monnaie. Il a fondamentalement une valeur et une liquidité. Le changement de ton de la part de la PboC est donc loin d’être anodin. Surtout quand on sait que le bitcoin pourrait devenir une monnaie de réserve internationale permettant de court-circuiter le dollar sans heurt.

S’exprimeront aussi lors du Forum ces jours-ci Elon Musk et Ray Dialo. Ce dernier, patron d’une des plus grands fonds d’investissement du monde (Bridgewater), a d’ailleurs récemment déclaré que la cryptomonnaie avait sa place dans n’importe quel portefeuille d’investissement…

Bitcoin, valeur refuge en cas de grabuge

Le bitcoin étant considéré comme une valeur refuge du même acabit que l’or, il aura désormais tendance à s’apprécier en cas en cas d’éclatement de bulle ou de guerre.

Il existe un indice permettant de jauger l’incertitude : le VIX. Mais cet indice de la peur demeure étonnamment bas ces derniers temps, en dépit de tensions géopolitiques très fortes. 50 000 soldats de l’OTAN font actuellement des exercices militaires de la mer baltique jusqu’à la mer noire, poussant la Russie à masser 100 000 soldats en Crimée ainsi qu’à la frontière ukrainienne.

Il s’agit clairement de montrer les muscles alors que les négociations avec l’Iran ont repris. Les pourparlers sont tellement cordiaux qu’un attentat a gravement endommagé les capacités du principal site iranien de production de matière fissile, à Natanz, moins d’une semaine après que les États-Unis et l’Iran soient retournés à la table des négociations.

Cet attentat fait suite à l’assassinat du principal responsable scientifique du nucléaire iranien, sans oublier la bataille navale que se livrent Israël et l’Iran dans les mers de la péninsule arabe depuis deux ans et demi. Le Wall Street Journal rapporte que 20 tankers iraniens ont subi des attaques (de drones).

Il faut aussi noter que le ton monte avec la Chine, notamment à propos de Taïwan. Toute cette agitation est une guerre froide hydribe et metastatique dont le noeud gordien est en définitive avant tout la vente du pétrole iranien dans une autre monnaie que le dollar. Nous en revenons toujours au petrodollar…

Bref, si Biden finit par se coucher, le dollar perdra encore un peu de sa superbe, ce qui profitera au bitcoin. Néanmoins, le Bitcoin montera aussi si la dangereuse escalade continue puisque le bitcoin fait désormais office de valeur refuge. Et d’autant plus si les États-Unis décidaient de déconnecter la Russie du réseau SWIFT, car nous risquerions alors des cyberattaques sur le système financier global…

Nous restons haussiers avec les 100 000 $ en ligne de mire à moyen terme.

  • Graphique hebdomadaire BTC/USD
BTC/USD

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *