Bitcoin (BTC) rebondit de 20 %

Rumeur et cocktail de FUD

Nous le savons depuis longtemps. Joe Biden veut augmenter les impôts. Des sources proches de la maison blanche avancent que la taxe sur les plus-values et les dividendes devrait passer de 29 % (en moyenne) à 48 %. Nous pourrions même atteindre 58 % à New York, là où se trouve les bourses.

Il n’en fallait pas plus pour jeter un peu d’huile sur le feu alors que le bitcoin était en difficulté. Cette nouvelle a fait tanguer le bitcoin, à tort. Pour trois raisons. Tout d’abord, il n’est pas dit que le Sénat US votera contre ses sponsors de Wall Street… Il suffira qu’un seul sénateur démocrate s’abstienne pour que cette loi tombe aux oubliettes.

Deuxièmement, seuls 0.3 % des contribuables les plus riches seront concernés. Dit autrement, cela signifie moins de bitcoins pour ceux qui ont déjà trop d’argent, et c’est très bien comme ça.

Troisièmement, il est fort probable que les spéculateurs se muent en holdeurs, ce qui serait une très bonne nouvelle pour le bitcoin. Le WSJ rapporte d’ailleurs que les Américains ont tendance à moins vendre lorsque le taux d’imposition des plus-values augmente.

Dans le même registre, notons que la Turquie a interdit les paiements en bitcoin, ce qui a aussi jeté un froid. Néanmoins, les exchanges fonctionnent tout à fait normalement et le bitcoin n’a absolument pas été banni en soit.

Arabie Saoudite vs Bitcoin vs Iran

Un autre FUD s’est également répandu comme une traînée de poudre ce weekend. L’Arabie Saoudite aurait décidé de « complètement bannir les cryptomonnaies »…

"saudi govt said to put complete ban on cryptocurrencies"
“Le gouvernement saoudien va bannir complétement les cryptomonnaies”

C’est Livesquawk, un service audio permettant d’obtenir rapidement des news du marché, qui a lâché cette information. Enième fake news, surtout quand on sait que les découpeurs de journalistes ont banni le bitcoin dès 2018…

Mais c’est un sujet très sensible car le royaume saoudien est au cœur du système pétrodollar. Le niveau de vie des américains s’écroulerait du jour au lendemain si Ryad décidait de ne plus vendre son pétrole exclusivement en dollar. C’est grâce à ce système que la monnaie américaine garde sa valeur en dépit d’un déficit commercial chroniquement déficitaire.

Il existe toutefois un village d’irréductibles perses qui, depuis un coup d’État organisé par la CIA et le MI6, a juré la chute de l’empire. En refusant de vendre son pétrole en dollar, l’Iran s’est attiré les foudres de l’oncle Sam qui l’a placé sous embargo via une déconnexion du réseau SWIFT. Il n’y a plus que la Chine qui ose acheter le pétrole iranien, d’où les vives tensions sino-américaines.

Le bitcoin s’envolera le jour où Téhéran acceptera le bitcoin en paiement pour ses exportations de pétrole. Et force est de constater que ce jour arrive à grands pas puisque la banque centrale d’Iran vient d’autoriser ce weekend les banques à régler les importations en bitcoin !

L’un des pays les plus riches au monde en gaz et en pétrole est en train de faire du bitcoin une monnaie de réserve internationale au moment où nous franchissons le pic pétrolier. Bullish…

L’inflation hors de contrôle

Le bitcoin soit une monnaie « permissionless » contrairement aux monnaies fiat qui dépendent du bon vouloir du réseau SWIFT (et donc de Washington) qui noyaute toutes les transactions internationales. L’Iran l’a bien compris.

Par ailleurs, il est une autre propriété contribuant fortement à son succès : sa masse monétaire fixe. Il n’y aura jamais plus de 21 millions de BTC. Le bitcoin est par conséquent une réserve de valeur face à l’inflation orchestrée à dessein par les banquiers et les gouvernements.

Or l’inflation est en roue libre. Le graphique ci-dessous montre le nombre de fois que le mot « inflation » a été mentionné pendant les « Earning calls » du premier trimestre. Trois fois plus qu’en 2020… [Les « Earning calls » sont des téléconférences pendant lesquelles les multinationales discutent publiquement des résultats financiers du trimestre passé]

Nombre de fois que le mot « »inflation » a été mentionné pendant les « Earning calls » du premier trimestre des multinationales du S&P500
Nombre de fois que le mot « »inflation » a été mentionné pendant les « Earning calls » du premier trimestre des multinationales du S&P500

Les prix de nombreuses matières premières sont désormais au-dessus des niveaux qui prévalaient avant le début de la pandémie. Nous sommes souvent à 10 % de plus, parfois 20 % (acier). Pire, les prix de gros des denrées agricoles ont augmenté de 50 %, au plus haut depuis 9 ans.

Bloomberg agriculture spot market

Pour le dire autrement, les prix des produits alimentaires vont s’envoler avant la fin de l’année. Et comme l’alimentation est une composante importante du calcul d’inflation en Asie, Bloomberg prévient que « cette forte impulsion inflationniste dans la région qui abrite plus de la moitié de la population mondiale devrait entraîner une hausse des coûts salariaux dans les usines du monde entier. La hausse de l’inflation en Asie se répercutera au niveau mondial dans les mois à venir. »

Il faut donc s’attendre à ce que la longue liste de multinationales ayant converti une partie de leur trésorerie en bitcoin continue de s’étoffer.

Pénurie de Bitcoin, JP Morgan, Coinbase

Terminons en signalant que les exchanges souffrent toujours d’une hémorragie de BTC. Nous sommes apparemment de plus en plus nombreux à comprendre l’importance d’être seul propriétaire de ses bitcoins. Cette “pénurie” ne semble pas prête de s’arrêter et vient sans conteste s’ajouter à la pression haussière.

Nombre de bitcoins sur les exchanges vs prix du bitcoin
Courbe orange : nombre de bitcoins sur les exchanges / Courbe grise : prix du bitcoin (échelle log) / Les mineurs de bitcoins détiennent collectivement 4,57 millions de BTC selon @coinmetrics.

Entre autres nouvelles plus triviales, notons que JP Morgan permet désormais à ses clients d’acheter du bitcoin. Pour rappel, JP Morgan est la plus grosse banque américaine. Ce feu vert de la part du renégat financier enfonce le clou : bitcoin est Too Big to Fail.

La banque new-yorkaise veut probablement chasser sur les terres de Coinbase qui vient d’entrer en bourse et qui engrange des millions de nouveaux clients chaque semaine. Voici ce que nous écrivions à ce titre dans un article ce lundi :

« Une semaine seulement après l’IPO de Coinbase, les chiffres affolaient les compteurs. 2.7 millions de téléchargements en l’espace de 7 jours. […] La loi de Metcalfe promet un bitcoin à plusieurs centaines de milliers de dollars. […] D’après Michael Saylor, nous pourrions avoir 250 millions d’utilisateurs d’ici la fin de l’année et un milliard d’ici 5 ans… »

BTC/USD
Graphique hebdomadaire BTC/USD

Nous gardons les 100 000 $ en ligne de mire.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *