Bitcoin (BTC) – A quand le prochain Bull Run ?

D’où viendra le carburant du prochain Bull Run ?

Il viendra aussi bien des institutions que des particuliers. Les premiers se bousculent au portillon. L’Allemagne vient d’autoriser cles “Spezialfonds” à détenir jusqu’à 20 % de leur portefeuille en bitcoin. Soit potentiellement 425 milliards $. La valeur du bitcoin bondirait de 60 % si une telle somme venait à s’investir dans le BTC…

Autre nouvelle d’importance, le fonds d’investissement de Georges Soros, dirigé par Dawn Fitzpatrick, a autorisé ses traders à spéculer sur le BTC. Et cela ne saurait tarder pour le fonds de Steven Cohen, la trente-cinquième fortune américaine, qui vient de recruter un chef de division crypto.

Toujours dans le monde « institutionnel », notons que la pression monte aux États-Unis pour créer le tout premier ETF adossé au BTC. L’officialisation de la chose reviendrait à faire sauter un barage de fiat qui s’écoulera directement dans le BTC. D’autant plus qu’il faut s’attendre à des sorties de capitaux depuis la bulle boursière. Rendez-vous compte que le S&P 500 est en hausse de 37 % sur l’année passée. +28 % par rapport au niveau qui prévalait avant la pandémie…

Sur le front des particuliers, la grande nouvelle de la semaine est venue de NYDIG. La firme de Ross Stevens a décidé d’infiltrer les applications bancaires. Son pari est que des millions de particuliers franchiront le pas s’ils peuvent acheter du BTC en toute confiance via leurs applications bancaires. 650 banques (24 millions de clients) viennent de tomber dans leur besace. Encore 4350 banques et NYDIG aura mis le BTC à portée de tous les Américains.

Enfin, notons que Jack Mallers vient d’écrouler les frais d’achat du bitcoin ! Son application Strike permet désormais d’obtenir du Bitcoin pour 0.3 % de frais contre 3 % chez le leader Coinbase. Ce coup de tonnerre va probablement décider ceux qui ont pu être rebutés par des frais qui atteignaient encore 5 % il n’y a pas si longtemps…

La FED, l’inflation et les taux négatifs

Même si la FED commence à murmurer qu’elle remontera les taux, rappelons que l’administration Biden va dépenser sans compter pour décarboner l’économie US. Le « Build Back Better » va augmenter la dette par milliers de milliards et aggraver la balance commerciale déjà très déficitaire. Ce qui en retour va peser sur le dollar, provoquer de l’inflation et donc soutenir BTC/USD.

C’est bien simple, le taux de la FED n’est jamais resté aussi longtemps inférieur à l’inflation (quasiment toute la période depuis 2008). Ce graphique très parlant montre qu’il faut remonter aux années 1940 pour observer un écart si persistant :

Courbe violette : Taux directeur de la FED / Courbe orange : Taux d’inflation annuel / Source : @LynAldenContact

Il ne s’agit pas ici de dire que des taux élevés sont un remède à quoi que ce soit. Non, l’usure est un poison voué à disparaître à mesure de l’amenuisement des ressources énergétiques de la planète empêchera de générer de la croissance.

Il s’agit plutôt de dire que nous arrivons dans les derniers retranchements du système et qu’il ne reste plus que l’inflation (vol de l’épargne, spoliation du pouvoir d’achat) pour faire tenir les murs. Le graphique suivant représente le taux de rémunération de la dette allemande moins l’inflation. Le taux qui en résulte (dit « taux réel ») reflète en gros la baisse annuelle du pouvoir d’achat de l’épargne des Allemands :

German real yields
Taux réel allemand (taux à 10 ans du bund – le taux d’inflation) / Le pouvoir d’achat de l’épargne allemande perd 2.5 % par an

« Le taux d’intérêt négatif exproprie les épargnants – c’est anticonstitutionnel », a déclaré cette semaine l’ancien juge constitutionnel Paul Kirchhof. C’est une évidence. L’inflation et les taux négatifs sont un vol nécessaire pour empêcher l’écroulement de leur système ponzien de dette infinie sur une planète finie.

La meilleure façon de se protéger de cette escroquerie systémique est de détenir du bitcoin, c’est-à-dire une monnaie qui ne sera jamais dévaluée à coups de milliers de milliards de nouvelles dettes. Surtout que la BCE tient une réunion “spéciale” cette semaine pour laisser filer l’inflation au-dessus de 2 %…

La Chine, le Bitcoin et le P2P boom à venir

Il est indéniable que l’empire du milieu a pesé sur le bitcoin ces derniers mois. La seconde économie mondiale a non seulement banni ses mineurs, mais également interdit aux banques de traiter avec les exchanges.

Les raisons de cet autoritarisme sont multiples. L’une d’entre elles est que le pays connaît sa pire pénurie d’énergie depuis une décennie. Il s’agit par ailleurs de protéger son système d’esclavage par la dette et l’inflation. En effet, la dette totale de l’empire du milieu approche aussi les 300 % du PIB :

Dettes totales en % du PIB de la Chine, du Japon, des Etats-Unis et de la ZOne EUro
“Dette totale (public et privée) en % du PIB” / Source CNBC

Le PCC a déclaré la guerre au bitcoin parce qu’il n’a aucun contrôle sur lui et qu’il craint qu’elle ne donne aux citoyens la possibilité d’échapper de la bulle du crédit et, ce faisant, de la faire éclater… Le bitcoin est en outre un moyen d’échapper au système de surveillance totalitaire (crédit social + fin du cash via le CBDC) ainsi qu’aux contrôles de capitaux.

En définitive, les coups de boutoir du PCC montrent surtout qu’il est impossible de stopper le bitcoin. Ce dernier reprendra sa marche en avant une fois ce coup dur législatif digéré. Ce n’est qu’une question de temps avant que les achats de bitcoin repartent à la hausse en P2P. Le Nigeria est un bel exemple avec des volumes en constante hausse malgré l’interdiction faite aux banques de traiter avec les exchanges.

Il suffit tout simplement de réaliser des transferts bancaires de particuliers à particuliers sans entremetteurs (exchanges) en utilisant des services P2P comme Local Bitcoin ou Paxful qui compte déjà 1.5 millions de clients nigerians. Ces deux plateformes P2P ont facilité l’achat pour 200 millions $ de BTC au cours du premier semestre 2021 d’après Usefultulips.org.

Le bitcoin a été interdit de nombreuses fois à de nombreux endroits, et pourtant, son adoption va encore plus vite qu’avec Internet… La poussière est en train de retomber et l’on sent bien que le bitcoin prépare son prochain bull Run en coulisse. Il arrivera plus tôt qu’on ne le pense…

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *