Avec Bitcoin, les banques ne savent plus où donner de la tête

Bitcoin est-il oui ou non un actif d’investissement ? Goldman Sachs hésite toujours avec des positions contradictoires.

La prestigieuse banque d’affaires Goldman Sachs ne sait définitivement pas à quel saint se vouer en ce qui concerne les cryptomonnaies. Plus tôt en 2021, elle ouvrait pourtant son trading desk et introduisait le trading de produits Bitcoin.

Et plus tôt cette semaine, elle élargissait même son offre en intégrant l’Ether. Dans les prochains mois, Goldman Sachs proposera ainsi des produits dérivés sur l’Ether. L’information émanait directement de son directeur des actifs numériques.

Une adoption institutionnelle sur BTC et ETH, mais…

« L’adoption institutionnelle va se poursuivre. […] Malgré la correction importante des prix, nous continuons à voir un intérêt significatif dans ce domaine », assurait Mathew McDermott sur Bloomberg.

Mais manifestement, cette position ne fait pas l’unanimité au sein de la banque américaine. L’étude « Les actifs numériques : La beauté n’est pas dans l’œil de l’observateur » constitue même un virage à 180° sur l’intérêt des crypto-actifs dont le BTC.

Le rapport, qui émane d’analystes de Goldman Sachs, conclut au contraire que les cryptomonnaies ne peuvent prétendre au statut d’actif « viable ». Et Bitcoin en prend de nouveau pour son grade, malgré l’intérêt dont lui témoigne les institutionnels.

La première des cryptomonnaies ne serait ainsi pas « une réserve de valeur à long terme ou une classe d’actifs investissables », selon ce nouveau rapport. Une précédente étude de la banque aboutissait à une autre conclusion.

Bitcoin or numérique ? Une mauvaise comparaison

En mai, l’étude « Crypto: une nouvelle classe d’actif ? » concluait très différemment. Et, comme le signale CoinTelegraph, son patron des actifs numériques, Matthew McDermot tranchait en écrivant que le Bitcoin « est désormais considéré comme un actif investissable. »

Mais en outre, en 2020 cette fois, la banque américaine fournissait cinq raisons permettant d’établir que le BTC pouvait prétendre au statut d’actif d’investissement. Les experts de Goldman Sachs restent donc en vérité très partagés en interne.

Avec ces différents rapports contradictoires, la banque semble, comme le veut l’expression, ménager la chèvre et le chou. Ces contradictions ne sont cependant pas le fruit du hasard, mais le résultat d’une stratégie et d’une politique prudente à l’égard des crypto-actifs.

Pas un « investissement viable » pour ses clients

« Nous nous sommes abstenus de répéter le battage positif et négatif qui entoure cet écosystème car nous ne voulons pas que les clients soient balancés, voire influencés par une cacophonie d’affirmations, dont beaucoup ne sont pas fondées », justifie ainsi le dernier rapport.

Et cette ligne l’amène donc à contester le qualificatif d’or numérique attribué au Bitcoin. Le motif ? L’or lui-même ne constitue pas une réserve de valeur fiable. En conséquence, comparer le BTC à l’or ne lui vaut pas plus ce statut de réserve de valeur.

La conclusion est donc sans appel. Pas question pour la banque de recommander d’investir dans les crypto-actifs à ce stade. Les investisseurs devront se faire leur propre opinion car Goldman Sachs n’entend pas prendre le risque de les encourager.

« Après avoir analysé diverses méthodes d’évaluation et appliqué notre modèle d’allocation stratégique d’actifs multifactorielle, nous avons conclu que les cryptomonnaies ne constituent pas un investissement viable pour les portefeuilles diversifiés de nos clients. »

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *