Au Canada, des basketteurs seront payés en Bitcoin

Chaque jour, les cryptomonnaies s’invitent davantage dans le monde du sport. Après les courses automobiles, c’est dans l’univers du basket qu’elles font leur apparition. En effet, au Canada, la ligue de basketball a décidé d’offrir la possibilité aux joueurs de choisir de recevoir leurs paiements en cryptomonnaies. Bonne nouvelle pour certains, mais un peu moins pour d’autres.

Painted brush stroke in the flag of Canada. Basketball banner with classic design isolated on white background with place for your text.

Enthousiasmé à l’idée de recevoir un paiement en Bitcoin

À compter du lundi 21 juin, les sept équipes qui composent la ligue canadienne de basketball pourront décider si leurs joueurs recevront une partie de leurs salaires en Bitcoins ou non. Pour rendre le rêve des utilisateurs de cryptomonnaies réalisable, la Canadian Elite Basketball League (CEBL) s’est associée à la bourse de cryptomonnaies Bitbuy. Dans la foulée, on apprend également que Bitbuy rejoindra officiellement la CEBL en tant que sponsor.

Basée à Toronto, Bitbuy aura pour mission de convertir en Bitcoin une partie des salaires des basketteurs qui le désirent. Par mesure de sécurité, la ligue de basket promet que les paiements seront versés directement sur le portefeuille cryptographique de chaque joueur qui en formule la demande.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de 70 joueurs de la liste active de différentes équipes sont favorables au projet. Il s’agit des Stingers d’Edmonton, des Bandits de Fraser Valley, des Nighthawks de Guelph, des Honey Badgers de Hamilton, des Blackjacks d’Ottawa, des Lions de Niagara et des Rattlers de Saskatchewan.

Le joueur Kimbal Mackenzie des Nighthawks a révélé tout son enthousiasme à propos de ce nouveau projet de la ligue. Il a dit qu’il serait l’un des premiers joueurs à accepter d’être payé en Bitcoin. « La possibilité d’être payé en Bitcoin est quelque chose qui m’enthousiasme vraiment », a-t-il déclaré. « Je crois que les cryptomonnaies représentent l’avenir. La possibilité qu’une partie de mon salaire aille directement dans un investissement qui, selon moi, s’appréciera grandement au cours des 10 à 30 prochaines années est une évidence ».

Même si de nombreuses franchises et organisations sportives se sont associées à des sociétés spécialisées dans la cryptomonnaie et la blockchain, beaucoup de personnes manifestent des inquiétudes par rapport au projet de paiement de salaires en Bitcoin. Elles indexent les fluctuations du prix de l’actif cryptographique.

Toutefois, même les fluctuations que peut connaitre le Bitcoin ne semblent pas affecter la décision de certains joueurs à l’instar de Mackenzie. Sur un ton humoristique, ce dernier a glissé dans une interview : « Si le Bitcoin chute, qu’il en soit ainsi. C’est une décision [être payé en Bitcoin, NDLR] que j’étais prêt à prendre. D’un autre côté, s’il augmente, peut-être que je prendrai ma retraite dans deux ans ».

Bien que la chute du Bitcoin ne semble pas être une frayeur pour Mackenzie, il n’en demeure pas moins que c’est une froide réalité. D’ailleurs, après qu’il ait atteint le record historique de 64 899 dollars en avril, le Bitcoin a considérablement perdu sa valeur. À l’heure de rédaction de cet article, il vaut 36 788 dollars, soit une chute de plus de 5 % durant les dernières 24 heures.

S’ils le veulent, les joueurs de basket des équipes de la ligue canadienne pourront recevoir une partie de leurs salaires en Bitcoin. Cette mesure qui effraie beaucoup de personnes en raison de la volatilité de la cryptomonnaie n’émousse cependant pas l’ardeur de certains joueurs – comme Kimbal Mackenzie – pour le projet.

Plus d’actions

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *