Anthony Pompliano et Marcus Swanepoel parlent du rôle du bitcoin en Afrique

Dans un tweet récent, Anthony Pompliano a manifesté l’intérêt d’avoir une conversation avec un entrepreneur crypto basé en Afrique. Malgré plusieurs propositions, l’auteur de “The Pomp Letters”, une newsletter très suivie dans la cryptosphère, a arrêté son choix sur Marcus Swanepoel, PDG de Luno, un exchange très présent en Afrique du sud. L’échange entre les deux hommes s’est concentré sur la croissance de Luno en Afrique et l’état des lieux de l’adoption du bitcoin dans les pays émergents. 

Les africains font confiance à leurs gouvernements

Venant d’un entrepreneur crypto, certains propos du patron de Luno sont surprenants. En effet, il parle de sujets rarement abordés par les défenseurs des cryptomonnaies. 

Marcus Swanepoel  fait dans un premier temps l’éloge du partenariat entre Luno et le milieu bancaire sud-africain. 

“Quand nous avons commencé en 2013, nous avons regardé le bitcoin et  réalisé que les banques allaient être intéressées. Nous avons donc décidé de construire un outil pour les banques”.

M. Marcus a même remis en cause le rôle que bitcoin est censé jouer face à un système financier aux politiques expansionnistes. Le patron de Luno a même qualifié de “mythe occidental” la narrative selon laquelle les populations des marchés émergents ne font pas confiance aux pouvoirs publics en place.

“Il y a dans l’espace crypto ce mythe occidental selon lequel les gens ne font pas confiance à leurs gouvernements dans les marchés émergents. Actuellement, le problème est en fait, que beaucoup d’individus font confiance à leurs gouvernements – c’est la masse critique qui maintient ces gouvernements au pouvoir. Les gens leur font confiance et les aiment”. 

Le dollar américain est l’alternative à l’hyperinflation

Bitcoin est vanté par ses supporters comme un actif de couverture contre l’inflation. Pendant que le dollar zimbabwéen perdait la quasi-totalité de sa valeur, de nombreux habitants du pays se sont tournés vers bitcoin. Le même scénario a été vécu au Venezuela alors que la monnaie du pays subissait une dévaluation à une vitesse grand V.

Bien que la capitalisation boursière du bitcoin ait récemment atteint 1000 milliards de dollars US, il est important de noter que l’actif est encore peu connu du grand public. Par conséquent, le bitcoin n’est pas la valeur refuge de premier choix en période d’inflation.

“Il existe un mythe selon lequel, en raison de l’hyperinflation, tout le monde va se tourner vers le bitcoin.. A un niveau macro purement intellectuel, c’est vrai. Mais l’alternative à cela est en fait le dollar américain. Après c’est l’or et bien après, quelque chose comme le bitcoin”. – Marcus Swanepoel 

Comme le dit Marcus, il est vrai qu’en période de crise, la plupart des gens ont tendance à se tourner vers le dollar américain ou l’or. Cependant, cela ne remet pas en cause la proposition de valeur du bitcoin. Les récentes acquisitions de milliers de bitcoins par Microstrategy, Tesla, Square et bien d’autres en sont la preuve. Alors que la FED n’arrête plus d’imprimer la monnaie à partir de rien, il est important de se poser la question de savoir si le dollar américain n’est pas le Bolivar de demain. Si tel est le cas, bitcoin peut-il être une alternative raisonnable? 

Plus d’actions

Salut, c’est Gloire. En 2014 j’ai entendu parler de bitcoin à la télé avant de m’intéresser du sujet fin 2017. Depuis, chaque jour j’apprends à le comprendre tout en partageant mes petites découvertes avec la communauté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *