-61% depuis l’ATH pour CAKE ! Est-ce la mort de la DeFi ?

Beaucoup d’utilisateurs de la Binance Smart Chain attendaient que le Cake retrouve son ATH du mois d’avril à 42 dollars. Au lieu de ça, le token de gouvernance de PancakeSwap à perdu 40 % en une semaine. Pendant le même temps, d’autres token rewards importants subissent un sort assez proche. Est-ce la mort programmé de ces coins qui incarnent les débuts de la DeFi ? Revenons ensemble sur les Rewards Tokens.

 

  • Les principaux token de gouvernance
  • La stabilité du CAKE remise en question
  • Les vaults et autres protocoles
  • Le vesting : une solution pour les token rewards

Finance Décentralisée et token reward

La DeFi (finance décentralisée) est en plein essor depuis bientôt deux ans. Sa naissance  remonte à 2018, au moment où les premiers échanges décentralisés apparaissent. Pionnière du genre sur la blockchain Ethereum, la plateforme Uniswap a lancé en 2020 l’UNI, son token de gouvernance. Celui-ci a atteint une capitalisation de 22 milliards au printemps dernier. Aujourd’hui encore, il reste 17ème du classement de Coinmarketcap. Pourtant, les différentes périodes haussières de cet automne ne lui ont pas permis de retrouver son ATH.

1xbit

Parallèlement, le SUSHI mais surtout le CAKE ont subi le même sort. En fait, ils sont victimes de leur succès. Les utilisateurs de pools de yield farming les utilisent très peu comme token de gouvernance. C’est à dire pour décider des orientations de la plateforme, ce qui est leur vocation première. Au lieu de cela, ils les revendent aussitôt et contribuent ainsi à faire chuter leur cours. Derniers en date dans cette catégorie, les token rewards de la blockchain Cronos ont mis moins de deux semaines à voir leur cours baisser. Ce processus, qu’on avait déjà observé sur les blockchains Solana, Fantom et Avalanche, nouvellement arrivées dans la finance décentralisée, conduit à un renouvellement constant des sites de yields farming.

Le CAKE, une récompense pour les fournisseurs de liquidités

Les échanges décentralisées et sites de yield farming sont confrontés à un dilemme.

Ils doivent récompenser leurs utilisateurs, car ces derniers fournissent les liquidités nécessaires au fonctionnement des protocoles. En échange de cette prise de risque, les utilisateurs se voient distribuer des rewards token avec des taux suffisamment élevés pour compenser l’impermanent loss (perte éventuelle). Cette distribution fait chuter le cours de ces tokens. Et oui : si les utilisateurs reçoivent un token, ils vont le vendre pour ne pas subir de volatilité et le transformer en un autre asset, comme Bitcoin ou un stablecoin. Ainsi, les Rewards Tokens sont massivement revendus. Ce qui entraine une chute de la cours, et une vente encore plus massive, etc.

 

Uniswap a pris le parti de faire son token, l’UNI, un token de gouvernance. Ce dernier est distribué en plus des frais de transactions pour les fournisseurs de liquidité pendant encore trois ans. En choisissant un rythme lent de distribution, le protocole évite une chute trop rapide. D’autant plus que les principaux investisseurs qui conservent au moins 0,25 % des jetons peuvent voter pour les propositions de gouvernance.

PancakeSwap arrivé peu après n’a pas choisi la même approche. Au contraire, le CAKE est distribué massivement avec un nombre de jetons illimité. De plus, la plateforme n’a pas choisi d’en faire un token de gouvernance. Cela dit, elle encourage à garder ses CAKE puisqu’ils peuvent être soit être stakés pour récupérer des tokens d’autres projets, soit servir de billets de loterie pour obtenir d’autres récompenses. Enfin, un burn régulier du token a aussi pour but de stabiliser son cours. Cependant, on peut remarquer que ces mécanismes atteignent rapidement leurs limites.

Leur cours avait connu une augmentation exponentielle durant l’hiver dernier. Mais depuis, ils ne suivent plus la progression que connaissent beaucoup d’autres cryptomonnaies depuis août. Et le CAKE (comme le SUSHI, le token d’un autre grand protocole) décroche peu à peu des vingt dollars autour desquels il s’était stabilisé. Si cette chute semble être la fin d’une époque, elle le doit à l’émergence d’autres types de protocoles.

 

Quelle solution face à cette chute ?

Les protocoles mis à en place au début de la DeFi ont eu un rôle important. Ils ont permis d’attirer les investisseurs particuliers et professionnels avec des taux d’intérêt beaucoup plus élevés que ceux de la finance classique. Mais leur avenir semble de plus en plus incertain. Un dernier procédé est cependant utilisé par les sites de yield farming.

Le vesting consiste à bloquer les récompenses pendant un certain temps ou de les distribuer à certaines dates. Il est déjà présent sur la Binance Smart Chain avec le site Ellipsis ou sur la blockchain Fantom avec Scarecrow. Ce procédé est aussi utilisé sur l’échange décentralisé de la blockchain Elrond qui s’est ouvert au public la semaine dernière.

En récompense du staking des EGLD, la monnaie native de la blockchain Elrond, les investisseurs ont pu récupérer le token reward MEX. Or cette récompense est lockée (verrouillée) pendant un an. Le protocole laisse le choix entre des récompenses qu’il est possible de revendre aussitôt ou le double de récompenses lockées pendant un an. Il est encore difficile de savoir si cette solution permettra de maintenir le cours du token. Mais elle a le mérite d’avoir un réel effet incitatif auprès de la communauté.

Après un vrai succès au printemps dernier, les token principaux de yield farming peinent à retrouver leurs sommets. Cette situation ressemble à la fin d’une époque. C’est pourquoi il est nécessaire les alternatives qui permettent de garantir leur stabilité. Enfin, dans l’optique où vous voulez récupérer au mieux les gains de votre épargne dans la finance décentralisée.

 

 

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *